Comment la science impose-t-elle sa pensée unique ?

Posté par Roger Robert le 13 décembre 2011

La science m’écœure chaque jour davantage ! Non pas la Science, à proprement parler, mais ses représentants, ceux qui disent l’aimer et la comprendre.

Comment la science impose-t-elle sa pensée unique ? dans Philosophie Mouton

Ces « scientifiques » de pacotille qui prétendent débattre autour de mes idées, alors que leurs seules intentions sont de m’inviter à rejoindre illico le dogme de la pensée scientifique unique.
Qu’ils soient enseignants, qu’ils soient étudiants, qu’ils soient à l’intérieur ou à l’extérieur du système, le problème récurrent est qu’ils ne comprennent pas qu’ils sont intellectuellement manipulés. Ils sont conditionnés tels de pauvres moutons et sont incapables de s’en rendre compte.
Ils n’ont pas encore compris que pour se prononcer sur les avantages et les inconvénients d’un concept par rapport à un autre, il faut connaître les deux !
Lorsque ces discussions se déroulent par des suites de commentaires écrits, la seule méthode pour savoir ce que propose une alternative encore inconnue est de la lire.

J’ai cherché, en dehors de ce système, si d’autres esprits osaient douter de la démarche scientifique et de ses conclusions et je suis tombé dans le piège de la pensée unique. En effet, doutant des théories actuelles, j’estimais être sceptique, incrédule.
Et c’est là que le piège se referme, le monde scientifique a dévoyé les expressions qui pourraient caractériser un esprit critique.

Le scepticisme est selon la définition du dictionnaire :

 l’état d’esprit d’une personne qui refuse son adhésion à des croyances ou à des affirmations généralement admises.

Or, pour le monde scientifique, le sceptique n’est pas celui qui doute des théories généralement admises par l’ensemble de la communauté, mais celui qui doute de ceux qui doutent. Le sceptique est donc le fervent défenseur des idées généralement admises et il s’y emploie avec l’immense palette des outils mis à sa disposition pour dénigrer et rabaisser les réfractaires.

Dans le même ordre d’idée, l’esprit critique, selon la définition du scientifique, est donné à celui qui sait reconnaître ceux qui ont un esprit trop critique envers la seule et unique pensée que chacun doit avoir. L’esprit critique est donc conformiste et surtout pas révolté, car la seule vérité est celle qui est enseignée.
Vous comprenez qu’avec des expressions perverties de la sorte, Lire la suite… »

Publié dans Drôle de science, Philosophie, Roger Robert, Sciences revisitees | 9 Commentaires »

Le réchauffement climatique revisité !

Posté par Roger Robert le 19 novembre 2011

Une fois de plus, j’apporte un regard nouveau dans les sciences et cette fois-ci je m’attèle à cette théorie un peu controversée qu’est le réchauffement climatique.
A une époque tout s’expliquait autour du trou d’ozone, puis celui-ci est tombé un peu en désuétude pour laisser la place à l’effet de serre que personne ne peut ignorer tant on nous en rebat les oreilles quotidiennement !

Le réchauffement climatique revisité ! dans Expansion terrestre effetdeserre

La couche d’ozone
Je ne vais pas développer considérablement cette particularité, car les observations de l’atmosphère terrestre ne semblent pas respecter des comportements logiques. En effet, ces observations diffèrent grandement de celles effectuées en laboratoire.

Pour expliquer cela, prenons le cas de l’ozone :
L’ozone est un gaz qui comporte 3 atomes d’oxygène, trioxygène O3.
Le gaz oxygène n’en comporte que 2, dioxygène O2.
L’ozone est un gaz lourd. Dans les villes il est émis par les véhicules à moteur et stagne au niveau du sol. Bizarrement, et en parfait désaccord avec le principe de décantation, qui veut que les fluides se répartissent en couches avec la plus dense sous les autres, l’ozone grimpe en un lieu où il n’a rien à y faire et forme une couche avec des trous aux pôles. De ce fait, nous en concluons qu’il y a le bon ozone qui nous protège des rayonnements ultraviolets et le mauvais ozone qui pollue l’air.

Avec cet exemple, vous comprenez ma surprise face à ce gaz lourd qui va se réfugier si haut en altitude !
Pour comprendre les raisons d’un tel comportement, il faut regarder les moyens qui nous permettent de le détecter. Ce ne sont plus les mêmes instruments qu’en laboratoire, mais d’autres qui le détectent à distance !
Ces instruments sont-ils fiables ?
Pour confirmer ou non cette fiabilité, il aurait été judicieux de monté un instrument de labo dans la couche d’ozone et ainsi de vérifier la pertinence des résultats. Mais les difficultés sont considérables alors pourquoi douter des appareils si ceux-ci respectent les théories en vigueur ?
Le comportement étrange de l’ozone n’est pas le seul mystère de notre atmosphère terrestre…

Atmosphère terrestre
Au niveau du sol, l’air est composé de 21% d’oxygène, 78% d’azote (N2) et de 1% d’autres gaz.
Étrangement, si la « masse » de l’Univers serait constituée à 75% d’hydrogène, ce gaz est quasiment inexistant dans l’atmosphère terrestre !
Or, ce gaz très léger devrait grimper en altitude, comme le font les ballons remplis de ce gaz !
On devrait donc trouver une couche d’hydrogène en haute altitude, ainsi que d’autres gaz comme l’hélium !
Mais hélas, les mesures Lire la suite… »

Publié dans Drôle de science, Expansion terrestre, Modele de l'Atome, Mouvement brownien, Physique Chimie, Roger Robert, Sciences revisitees, Vide, Ether, Electron | 27 Commentaires »

Comment faire un FAUX scientifique ?

Posté par Roger Robert le 29 octobre 2011

L’astronomie est aujourd’hui une branche de la science qui multiplie les faux !

Les découvertes de planètes extrasolaires vont bon train !

Il ne se passe pas une semaine sans qu’un ou plusieurs objets célestes « gravitant » autour d’étoile lointaine ne soient révélés à notre crédulité.

Toutes les informations sont bonnes pour émoustiller notre curiosité et pour nous montrer la complexité de notre Univers. Que ces objets effectuent une révolution en quelques heures, qu’ils soient constitués de glace « chaude », qu’ils soient noir comme du charbon, qu’ils soient en diamant pur, qu’ils présentent une atmosphère comparable à la nôtre, qu’ils …

Je ne prolonge pas la liste car les affabulations n’ont de limite que l’imagination de ceux qui nous racontent de telles sornettes. Et nous avalons ces infos sans sourciller.

Oui ! Ils nous racontent n’importe quoi et nous n’avons aucun moyen de douter de leurs dires, car il suffit que leurs révélations soient publiées dans une grande revue scientifique pour qu’elles deviennent des réalités scientifiques. Tous les médias reprennent en cœur cette désinformation, car ils n’ont plus besoin de vérifier leurs sources, le comité de lecture l’a fait pour eux.

Or, si nous avions accès aux informations qui leurs autorisent d’articuler de telles conclusions, nous serions époustouflés par leur culot. La majeur partie de ces informations ne sont pas disponibles car les détecteurs transmettent leurs informations directement dans un calculateur qui en tire des conclusions, selon la théorie qu’on leur demande d’interpréter.

La précision des observations astronomiques est fonction de la qualité de l’image, du nombre de pixels. Pour les objets très lointain, malgré les performances du télescope, l’image est constituée de quelques pixels. C’est-à-dire quelques taches monochromes qui sont loin de donner un cliché acceptable. Pour améliorer la définition, un logiciel divise ces taches en fonction des transitions adjacentes et le contour de l’objet est détouré.

C’est ce que nous apercevons sur les photos de Pluton prise par le télescope Hubble :

Comment faire un FAUX scientifique ? dans Mecanique celeste pluton1

Dans le petit carré apparait le réel cliché envoyé par Hubble, et le résultat qu’on nous présente après « corrections ». Si par curiosité nous augmentons la taille

Lire la suite… »

Publié dans Drôle de science, Mecanique celeste, Newton, Pesanteur, Gravitation, Roger Robert, Sciences revisitees | 14 Commentaires »

La science est moribonde faute de scientifiques !

Posté par Roger Robert le 27 octobre 2011

Oui ! Le constat est amer, mais il faut regarder la vérité en face :

La SCIENCE ne forme plus des SCIENTIFIQUES !

Depuis plus d’un siècle, la science s’est transformée, elle a muté en une discipline qui a perdu son but et sa raison d’être. Elle a oublié un fondement essentiel de la spécificité du cerveau humain, il y a l’esprit scientifique et l’esprit littéraire !

Les deux ne sont pas incompatibles, mais dans sa jeunesse, l’être humain s’accorde davantage à un domaine qu’à l’autre.

L’esprit scientifique est donné à celui ou celle qui utilise son intelligence, sa logique pour comprendre son environnement.

L’esprit littéraire est donné à celui ou celle qui utilise sa connaissance, sa mémoire pour appliquer à bon escient les règles applicables.

Il ne faut pas prendre les termes : intelligence, logique, connaissance et mémoire, au premier degré, ils servent à montrer la différence dans l’utilisation de notre cerveau.

La science est moribonde faute de scientifiques ! dans Dans le livre tableaunoir

L’esprit scientifique a besoin de comprendre les phénomènes avec des explications qui tiennent la route. Il se base, au départ, sur sa propre expérience acquise en utilisant ses 5 sens. Lesquels lui ont permis

Lire la suite… »

Publié dans Dans le livre, Drôle de science, Philosophie, Roger Robert, Sciences revisitees | 10 Commentaires »

S’opposer au nucléaire, c’est bien ! Savoir pourquoi, c’est mieux !

Posté par Roger Robert le 6 octobre 2011

Il semble évident que tous ceux qui s’opposent au nucléaire, savent pertinemment pourquoi !
Il y a ces déchets radioactifs et les grands dangers en cas de catastrophe.
Les physiciens du nucléaire essayent bien de nous rassurer. Ils prétendent maîtriser toute la technicité employée et que cette énergie est « propre » car elle n’émet pas de CO2, ce gaz qui créerait cet hypothétique effet de serre, ce réchauffement climatique. Or, ils oublient de préciser, qu’outre leurs détritus radioactifs immortels, ils réchauffent directement les cours d’eau et ça, ce n’est pas une hypothèse.
De toutes façons, ils sont contraints de nous l’imposer parce que nous sommes de très grands consommateurs de cette énergie et n’avons encore aucun moyen de la remplacer et surtout, nous ne nous les donnons pas.
Sans parler du monde financier qui impose son dictat et qui ne voit que les gains immédiats, sachant qu’ils ne supporteront jamais les conséquences en cas d’avarie. Mais ceci n’est pas un critère scientifique, alors concentrons-nous sur cette connaissance scientifique. 

Maîtrisons-nous la fission nucléaire ?

Il semblerait impensable que nous sachions faire quelque chose qui fonctionne sans comprendre ce qui se passe !
Nous ne sommes plus à l’époque de Cro-Magnon qui savait faire du feu sans connaître la théorie. Aujourd’hui, nous savons presque expliquer comment s’enclenche le feu. Presque, parce que les explications sont, avouons-le, pas très claires.
Au niveau des réactions nucléaires, les théories sont, cette fois-ci, incontestables. Nous savons qu’il y a la fission et la fusion thermonucléaires.
Alors pour mémoire je les résume ainsi :

· Fission nucléaire

S’opposer au nucléaire, c’est bien ! Savoir pourquoi, c’est mieux ! dans Dans le livre fission

En bombardant un gros noyau atomique avec un neutron, celui-ci se fissionne (se casse) en libérant d’autres neutrons qui à leur tour vont fissionner d’autres noyaux et ainsi de suite. C’est une réaction en chaîne qu’on utilise dans les bombes atomiques, les bombes A.
Nous avons le même nombre de particules avant et après la réaction, mais bizarrement il faut considérer une perte de masse pour expliquer la provenance

Lire la suite… »

Publié dans Dans le livre, Drôle de science, Modele de l'Atome, Mouvement brownien, Newton, Pesanteur, Gravitation, Physique Chimie, Roger Robert, Sciences revisitees, Vide, Ether, Electron | 40 Commentaires »

Boson de Higgs ! Être ou ne pas être ? Là est la question !

Posté par Roger Robert le 30 août 2011

Suite à l’annonce du CERN, sur les difficultés rencontrées à observer ce boson, et ce, malgré les énormes investissements engagés spécifiquement pour cette recherche, je pourrais leur faire part de mon avis et de l’inutilité de cette démarche, comme je l’explique dans mon livre “Les Sciences revisitées”. Mais pour connaître ces raisons, il faudrait que les intéressés les lisent. Ils ne désirent pas faire cet investissement faramineux de 30€ pour un livre de 480 pages, et encore moins imaginer une éventuelle remise en cause de leurs élucubrations intellectuelles, alors je résume la démarche qui m’a conduit à une telle conclusion.

Au lieu de dépenser autant de ressources intellectuelles et financières autour de l’existence ou non, du fameux boson de Higgs, il serait plus judicieux de revenir sur des questionnements plus fondamentaux. Pour aider les chercheurs dans cette démarche, je les résume ainsi :

Quel serait le rôle de ce boson de Higgs, cette “particule de Dieu”,comme vous dites ?

- Votre réponse est simple : Il expliquerait l’existence de la masse.

Alors, qu’est-ce que la masse ?

– La masse représente la “quantité de matière”, laquelle perçoit l’hypothétique force d’attraction gravitationnelle. Hypothétique car encore jamais observée, ni-même l’onde gravitationnelle, donc cette force reste une hypothèse émise par Newton.

Selon Newton, la force résultante est égale au produit de la masse avec “l’accélération gravitationnelle” et représente le poids.

P = m . g

P : Poids exprimé en newton [N],
m : masse exprimée en kilogramme [kg],
g : “accélération gravitationnelle” exprimée en mètre par seconde carrée [m/s²]

Ce poids est une force et devrait impérativement s’exprimer en unité de force, donc en newton noté [N]. Malheureusement, nombreux sont les appareils de mesure qui réagissent à cette force et affichent le résultat en kilogrammes, unité de masse. Ceci explique la confusion profonde qui existe entre POIDS et MASSE. Posons-nous quelques questions sur ces unités que sont le newton et le kilogramme :

Nos instruments de mesure du poids réagissent-ils à la masse ou au poids?

Boson de Higgs ! Être ou ne pas être ? Là est la question ! dans Action acceleration poids1

- Tous ceux qui exploitent la déformation élastique de la matière mesurent une force, donc un poids et devraient par conséquent, exprimer la valeur de cette force en newton. Pratiquement TOUS nos instruments du quotidien (pèse-personne, balances électroniques de toutes sortes, etc.) réagissent à une déformation élastique et mesurent des forces, que nous avons la fâcheuse habitude d’exprimer en kilogramme.

- Seules les balances à fléau sont prétendues comparer des masses ! Une nouvelle question me vient à l’esprit :

Lire la suite… »

Publié dans Action acceleration, Modele de l'Atome, Newton, Pesanteur, Gravitation, Roger Robert, Sciences revisitees, Vide, Ether, Electron | 55 Commentaires »

Comment récuser les Sciences revisitées ?

Posté par Roger Robert le 13 juin 2011

Avec cet article, je désire expliquer à tous mes détracteurs, comment démontrer mes éventuelles erreurs. Comment récuser les Sciences revisitées ? dans Dans le livre guillotine
Actuellement votre argumentation est de piètre qualité et la démarche encore plus.

Je vous offre les outils pour me couper la tête, … si vous y arrivez !

 

En effet, ce n’est pas en citant une expérience qui est en désaccord avec le Modèle de l’Atome à Électrons Statiques (MAES), par exemple, pour croire que la démonstration est faite. Non, dans cet exemple, nous sommes en présence de deux modèles atomiques distincts avec lesquels les interprétations des phénomènes qui se manifestent lors d’une expérience, sont radicalement différentes. Une particule tel l’électron, possède, d’un modèle à l’autre, des fonctions diverses, donc les explications doivent tenir compte de ces divergences.
Avant cela, il y a évidemment une évidence évidente ! C’est tellement primaire, c’est tellement basique que j’en perds mon français. Oui ! Avant de critiquer quoi que ce soit, il faut savoir quoi, donc si ces idées sont écrites :

- IL FAUT LES LIRE !!!      – L – I – R – E –

TOUS ceux qui s’expriment avec virulence n’ont pas lu mes théories avec l’attention que méritent les nouveautés. Et là, mon incompréhension de cette attitude est totale.
Que des scientifiques m’invectivent sans rien connaître ou que la grande majorité des autres feignent de ne pas être au courant, de ne pas avoir entendu parlé de mon livre alors qu’ils ont reçu une information personnelle, c’est pour moi une surprise de taille. Je n’imaginais pas que des personnes intelligentes aient un tel comportement. Je suis navré de le dire, mais la Science est vraiment entre les mains de petites gens.

 

Des interprétations en fonction du modèle atomique

Les principales remises en cause des Sciences revisitées viennent du modèle atomique, que je résume une fois de plus ainsi :
Dans le MAES, les électrons sont statiques autour du noyau. Leur immobilisme est obtenu en développant une bulle protectrice au moyen de leur Faisceau thermique – qui exerce une force multidirectionnelle – en tournoyant autour de leur Faisceau magnétique. Le Faisceau magnétique exerce la force d’attirance vers le noyau tandis que le Faisceau thermique exerce une force répulsive entre les électrons. Cette bulle protectrice est un concept que je nomme « bulle électronique« .
Avec ce modèle, la lumière et l’électricité sont véhiculées par un nouveau concept nommé Rayons.
Ces Rayons électriques et ces Rayons lumineux représentent l’énergie vive, celle qui se déplace dans notre environnement.
Je précise que les Rayons lumineux interviennent en premier lieu sur l’intensité du Faisceau thermique et réciproquement, le Faisceau thermique se décharge en émettant des Rayons lumineux. Les Rayons électriques, quant à eux, modifient en premier lieu le Faisceau magnétique et réciproquement.

Ces quelques éléments brièvement reportés, montrent de très grandes différences avec le ou les modèles actuels. Oui, il est difficile de parler d’un modèle unique pour évoquer notre savoir acquis, car

Lire la suite… »

Publié dans Dans le livre, Expansion terrestre, Modele de l'Atome, Mouvement brownien, Pesanteur, Gravitation, Physique Chimie, Roger Robert, Sciences revisitees, Vide, Ether, Electron | 68 Commentaires »

Décidément, la cosmologie ne s’accorde pas avec la relativité générale d’Einstein !

Posté par Roger Robert le 28 mai 2011

cosmos.jpg

La cosmologie et la relativité générale d’Einstein : un mariage impossible !
Dans son No 1124 de mai 2011, la revue Science &Vie nous propose un article intitulé :

Einstein dépassé ! 47 galaxies contredisent sa théorie.

C’est la deuxième fois que nos observations du cosmos démontrent de façon catégorique, les travers de la théorie de la relativité générale d’Einstein.

La première contrariété fut consécutive aux mesures publiées par l’astronome Fritz Zwicky en 1933. Certaines galaxies ne tournent pas en accord avec les prédictions faites par l’équation de la relativité générale. Pas de problème, il ne faut surtout pas toucher aux équations d’Einstein, alors d’un coup de baguette magique, nous faisons apparaître quelque chose d’invisible, même aux yeux des plus avertis, la MATIÈRE NOIRE. Jolie rustine qui représenterait entre 83 à 90% de la matière de l’Univers et que seules nos équations sont capables de « voir ».
Où est le problème ?

Cette année, en 2011, l’astronome Stacy McGaugh, en observant 47 galaxies, constate qu’elles respectent toutes une même loi. Malheureusement cette loi est en contradiction avec le modèle standard de la cosmologie et les équations d’Einstein qui trônent au milieu. La matière noire ne semble plus être la rustine appropriée. Faut-il en arriver à appliquer la théorie de Newton modifiée, c’est-à-dire celle connue sous le nom de théorie MOND ?

Cette théorie rejette l’hypothèse de la matière noire, tandis que le modèle cosmologique semble « expliquer » tant de choses avec elle. Plus personne ne sait où chercher de nouvelles rustines, et le CERN tarde à découvrir cette fameuse matière noire. Bien que les astrophysiciens ne s’accordent plus sur une théorie unique, ils ne se formalisent pas trop car ce ne sont que des singularités, des anomalies…
… enfin, une façon élégante de dire que nos théories sont à côté de ce qu’elles prétendent expliquer.

ET POURTANT, si ces astrophysiciens, au lieu de chercher cette matière noire, faisaient fonctionner leur matière grise en explorant les Sciences revisitées, ils découvriraient que le principe de la pesanteur, comme exposé, est un phénomène engendré par l’éther.

Lire la suite… »

Publié dans Big bang, Drôle de science, Einstein, Expansion terrestre, Modele de l'Atome, Newton, Pesanteur, Gravitation, Roger Robert, Sciences revisitees, Vide, Ether, Electron | 28 Commentaires »

Réponse à « Mister Kweeky » et « Doctor physichien ».

Posté par Roger Robert le 18 mai 2011

J’ai créé ce blog suite à l’attitude ignoble du monde scientifique qui critique violemment mes théories, alors qu’aucun de ses représentants ne daigne lire toutes les explications qui figurent dans mon livre.

Ce comportement est incompréhensible pour tout un chacun et certains pensaient même que j’affabulais. Lors du salon du livre de Genève, nombreux sont ceux qui ont pu assisté à ces attaques frontales de « scientifiques » qui m’invectivaient et ne voulaient rien entendre de mes explications et encore moins voir le contenu du livre.

Malgré cette attitude qui semble être la règle, quelques scientifiques veulent se faire leur propre opinion et parmi ces personnes, il y a Vous Monsieur Kweeky.

Nous nous sommes rencontrés sur Facebook. En effet, j’avais écrit sur le mur de l’éminent et très médiatique physicien Étienne Klein, lui proposant de lui faire parvenir un exemplaire de mon livre pour qu’il juge le contenu. Message qu’il s’empressa d’effacer, alors qu’il n’efface généralement rien. Bref,

Lire la suite… »

Publié dans Drôle de science, Roger Robert, Sciences revisitees | 15 Commentaires »

Compte-rendu du salon du livre

Posté par Roger Robert le 4 mai 2011

La présentation du livre au salon de Genève a été une expérience très enrichissante.

C’est, pour ainsi dire, la première fois que je présentais à un large public, l’information de la sortie des Sciences revisitées. C’était surtout une information directe et verbale sans passer par ces messages électroniques où l’anonymat permet toutes sortes de débordements, quoique !

Mon fils Sébastien et moi-même avons eu des échanges avec ce public très varié, qui, dans leur ensemble, nous ont démontré que les gens se posent des questions sur notre connaissance et que la nouveauté ne les dérange pas. Bien au contraire, quand les explications sont là, exprimées de façon simple, compréhensible et qu’elles découlent d’une certaine évidence, ces remises en cause deviennent une réconciliation avec les Sciences.

Le monde scientifique a toutefois été à la hauteur du comportement qu’il affiche depuis qu’il connait l’existence de ce livre. La majeur partie de ses représentants s’est arrêté devant le stand, a lu les quelques affiches et lorsque nous leur proposions un complément d’information, leur attitude dévoilait immédiatement le personnage. Nombreux sont ceux qui, du haut de leur titre de physicien, dénigraient nos propos, qu’ils n’écoutaient pas, sous le prétexte que la physique quantique détient la vérité et que ce n’est pas un petit inconnu, venu de nulle part (qui n’est pas sorti d’une de ces écoles d’où émergent exclusivement les gens intelligents) qui peut remettre en cause autant de savoir. S’ils n’essayaient pas de me donner une déformation formation pour que j’adhère à leurs croyances envers ces sciences virtuelles dans un monde immatériel, ils m’invectivaient et ne désiraient surtout pas lire mon livre tant que le monde scientifique ne s’est pas prononcé sur la validité de mes écrits. En leur qualité de représentants de la communauté scientifique, je leur demandais « QUI est celui, de ce monde scientifique, qui le premier lira l’ensemble de mon travail ». La ritournelle était immuable : « Ce sont les autres ! ».

J’en arrive à me demander : Qu’est-ce-que le monde scientifique ?

Est-ce comme le marché économique, cette entité immatérielle qui influence le prix des denrées alimentaires jusqu’à interdire à certains de s’alimenter ! Et ce, sans que l’être humain ne soit responsable de cette dérive.

Lire la suite… »

Publié dans Dans le livre, Roger Robert, Sciences revisitees | Pas de Commentaire »

12345
 

simao25 |
ECO---Blog |
La révolution de Marie Curie. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | expertpuproductionline
| Les combinaisons de natation
| BEAUCOUP de voies...un seul...