Ethique

Voici une petite vidéo que j’adresse à tous les dirigeants politiques et économiques, pour qu’ils analysent les paroles de Charlie Chaplin  lors du dernier discours dans le film « le Dictateur ».

Image de prévisualisation YouTube

Malgré l’âge de ces paroles, elles sont, de jour en jour, plus alarmantes. Aucune catastrophe n’a encore marqué suffisamment la mémoire et la conscience humaine pour éviter d’en créer une nouvelle qui marquera la fin de l’humanité, ou un retour à une case où tout devra être réappris.

La cupidité de certains anéantie notre civilisation et personne ne veut le voir. On est dans l’inéluctable « vrai », avec ses malheurs, parce qu’on compare le communisme et le capitalisme. La chute de ce premier système témoigne qu’il était faux et que le meilleur choix est celui vers lequel tout le monde court, l’appât du gain coûte que coûte !   

Or, on a tord ! La comparaison n’est pas là ! Il faut comparer ce qui est comparable ! C’est-à-dire : le collectivisme étatique et la répartition des responsabilités.

Le collectivisme a montré ses limites  parce que quelques profiteurs s’appropriaient la richesse générée par les autres en les laissant dans le dénuement. Les autres ne montraient plus l’ardeur nécessaire pour une bonne rentabilité, car que l’on travaille correctement ou que l’on soit un fainéant patenté, tout le monde était logé à la même enseigne, alors, le système s’est effondré. 

En répartissant les responsabilités, plus nombreux étaient ceux qui pouvaient imposer la productivité nécessaire et y arrivaient sous le joug du licenciement. Un enrichissement notoire des États concrétisait cette doctrine, d’où la conclusion que nous connaissons, c’est le seul système qui fonctionne. Malheureusement, produire n’est pas assez rapide pour amasser de grandes fortunes, il faut passer par le capitalisme.

Avec le capitalisme, ce n’est plus le travail qui est le moteur des dirigeants, mais l’argent. Avec le capitalisme, l’argent se reproduit de lui-même, inutile de s’emmerder avec des employés, autant faire fructifier son pognon. Cette spirale infernale entraine notre civilisation, du moins l’humanité entière grâce à la mondialisation, vers la même perte qu’ont vécue d’autres civilisations avant nous. Mais cette fois-ci, plus aucune ne pourra écrire dans ses textes théologiques que notre disparition est consécutive à cette avidité, à cette terrifiante maladie de vouloir gagner de l’argent sur l’argent, d’en amasser toujours plus et surtout plus que l’autre.

Tout ce qui faisait la gloire de l’évolution intellectuelle de l’être humain s’évanouit dans des mesures drastiques de compressions budgétaires. L’égalité de traitement de chacun n’est plus qu’un vieux rêve chimérique, la fraternité passe par des castes et la liberté devient celle de se taire.

Les révolutions vont se propager à l’ensemble de notre planète et plus personne ne pourra les enrayer… Sauf si les dirigeants politiques ont le courage de prendre des mesures radicales et généralisées… mais là, il faut être rêveur pour croire qu’ils oseront affronter les plus forts, c’est-à-dire les plus riches car ce sont eux qui dirigent. 

Je ne suis pas seul à voir les effets cataclysmiques de cette dérive, mais personne ne nous entend, personne ne veut nous entendre. Ces révoltes ne sont pas des révolutions.

  • Comment pouvons-nous faire entendre raison à ceux qui profitent du système et se foutent royalement de ses conséquences dans un avenir de plus en plus proche ?
  • Comment justifier de revenir à une évidente sagesse alors que toutes les propositions ne passent pas le stade de l’essai et restent uniquement d’ordre philosophique ?

On ne touche pas au capitalisme, seul système qui fonctionne aux dires de ceux qui en profitent. 

Je suis bien placé pour parler de cela, car moi qui propose une vision différente de la science, qui explique les erreurs commises, qui démontre comment les remédier, je ne suis pas entendu ! Je propose des solutions expérimentalement vérifiables, à des gens hautement intelligents car scientifiques et je me vois opposer une fin de non recevoir, des critiques virulentes de la part d’individus qui ne les ont pas lu ou un cynisme plus narquois de ceux qui feignent ne rien savoir de mes théories.

On ne touche pas à la science même si celle-ci est incompréhensible et choque ceux qui tentent de faire le lien entre notre monde réel et ce monde imaginaire de la physique quantique !

La pensée humaine est parfois honteuse, ses idéologies néfastes ne seraient qu’une erreur passagère si elles n’étaient devenues les fondements de la doctrine des dirigeants, approuvées et justifiées par leurs porte-parole, aussi menteurs qu’eux !

Si vous ne l’avez pas encore fait, sous l’onglet [LES PAGES BLANCHES] vous trouverez un dialogue avec ma conscience sur ma vision de notre monde et mes propositions pour enrayer cette dérive humanitaire…

A bon entendeur (lecteur)

Roger Robert         
   
Ci-dessous la même version du discours avec les images du film :
Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

 

simao25 |
ECO---Blog |
La révolution de Marie Curie. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | expertpuproductionline
| Les combinaisons de natation
| BEAUCOUP de voies...un seul...