Action et Accélération

Posté par Roger Robert le 23 juillet 2012

Cette vidéo a pour but de démontrer une méprise entre une grandeur temporelle, l’accélération, et une grandeur spatiale, l’action.

Elle montre, avant tout, la simplicité que peuvent prendre les mathématiques lorsque les explications se réfèrent à des représentations graphiques évidentes.
Elle montre également l’égarement vers lequel certaines relations se sont empêtrées.

Les mathématiques vont bien au-delà du monde réel. Elles peuvent respecter tous les théorèmes imaginables, mais qui ne seront plus forcément représentatifs de la Nature.
La connaissance scientifique doit revenir à une forme de logique qui fait actuellement de plus en plus défaut.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Action acceleration, Dans le livre, Dynamique, cinematique, Lois de Kepler, Newton, Roger Robert, Sciences revisitees | 48 Commentaires »

Pourquoi la confusion entre la Masse et le Poids ?

Posté par Roger Robert le 2 juin 2012

Dans cette vidéo, j’explique pourquoi, scientifiques et non scientifiques font la confusion entre la Masse et le Poids !

Image de prévisualisation YouTube

L’unité de la masse, soit le kilogramme, est une grave erreur commise lors de l’établissement du système des unités.

Cette erreur, comme d’autres que je démontre dans le livre, est consécutive à une approche qui se voudrait être scientifique. C’est-à-dire de trouver une relation qui permet de prédire une observation en fonction de nouvelles variables, et sur cette base, d’établir la théorie.
C’est pour cette raison, que la masse du proton et du neutron s’exprime en électronvolt et non pas une fraction du kilogramme. Ceci permettant de dire que la matière se transforme en énergie ou vice versa, et de partir dans des théories stupides, mais qui sont vérifiées par le calcul, donc obligatoirement exactes. La logique et les explications ne sont plus au rendez-vous, mais si les mathématiques prétendent cela, alors ne cherchons plus à comprendre !

La démonstration dans cette vidéo, est plus complète et plus précise que dans le livre, car j’étais encore obnubilé à vouloir considérer la masse comme étant la quantité de matière.
Je n’étais pas entièrement satisfait de toutes les explications que j’écrivais, et malgré 2 années de plus à revenir sur ce chapitre, le déclic ne voulais pas se faire.
C’est donc en rédigeant le script de cette vidéo, qu’enfin les dernières pièces du puzzle se sont mises en place.
Cette dernière découverte ne change pas grand chose dans toutes mes remises en cause, et la façon de les présenter. Par contre, il sera utile, dans un avenir pas trop lointain, de réécrire toutes les relations scientifiques qui utilisent la masse, avec le poids unifié.

Publié dans Action acceleration, Masse et Poids, Newton, Pesanteur, Gravitation, Roger Robert, Sciences revisitees | 40 Commentaires »

Les Sciences revisitées en vidéo

Posté par Roger Robert le 28 mars 2012

Après un petit rappel sur le fonctionnement de la science, c’est-à-dire de confronter des hypothèses face à l’observation, face à l’expérimentation, le modèle atomique actuel est soumis à un questionnement qui démontre ses limites, voire ses incohérences.

Le Modèle de l’Atome à Électrons Statiques montre toute sa logique. Les états de la matière deviennent une évidence, et l’éther trouve enfin sa consistance et son rôle dans notre Univers. En effet, il génère la pesanteur, ce qui réfute l’hypothèse d’une force d’attraction entre les masses, donc la pesanteur démontre l’erreur de notre réflexion avec la gravitation de Newton.

Malgré sa longueur d’une heure et demi, cette vidéo est une synthèse des 480 pages de ce premier volume, avec quelques explications qui viendront dans les prochains. Les explications ne sont pas aussi complètes que dans le livre, mais cette vidéo permet de constater que mes remises en cause ne sont pas dénuées de bon sens, bien au contraire, tout est question de logique scientifique.

Image de prévisualisation YouTube

Complément du 02 mars 2012 :
Pour celles et ceux qui ont oublié ce qu’est actuellement l’interaction électrique, la force électrique entre les charges, je reporte la loi de Coulomb en électrostatique comme ceci :

Les Sciences revisitées en vidéo dans Big bang Coulomb

En d’autres termes, ceci veut dire que si le proton agit à très grande distance sur l’électron, les électrons agissent entre eux sur cette très grande distance. Voilà pourquoi ces électrons ne peuvent pas se croiser, ni-même se rapprocher les uns des autres.

Publié dans Big bang, Dans le livre, Drôle de science, Einstein, Expansion terrestre, Fossilisation, Modele de l'Atome, Mouvement brownien, Newton, Pesanteur, Gravitation, Physique Chimie, Roger Robert, Sciences revisitees, Vide, Ether, Electron | 4 Commentaires »

Interview dans « Science et Inexpliqué ».

Posté par Roger Robert le 1 mars 2012

Le journal « Science et Inexpliqué » m’a accordé une interview. Son rédacteur en chef, Nicolas Montigiani, a réussi à résumer ce très long entretien d’une façon assez agréable à la lecture.

Interview dans

L’accroche :  » SCIENCE – La gravitation de Newton est fausse ! » donne le ton.
Même si les 4 pages ne sont pas suffisantes pour tout résumer, elles le sont toutefois pour comprendre ma démarche intellectuelle qui m’a permis d’en arriver à démontrer l’erreur de Newton. Lire la suite… »

Publié dans Newton, Roger Robert, Sciences revisitees | 9 Commentaires »

Les galaxies sont-elles en accord avec la loi de la gravitation ?

Posté par Roger Robert le 4 janvier 2012

La théorie de la gravitation de Sir Isaac Newton et même celle revue et « corrigée » par Albert Einstein, sont universelles. C’est-à-dire qu’elles devraient être vérifiées quel que soit le lieu de notre Univers. Or, des observations du cosmos semblent démontrer le contraire !

En effet, les étoiles éloignées du centre de leur galaxie ne se déplacent pas selon les prédictions de cette fameuse loi. Alors pour que la gravitation ne s’échoue pas lamentablement sur les écueils de ces observations, il a été émis l’hypothèse qu’il y aurait quelque chose d’invisible à l’œil humain, mais, entré dans les relations mathématiques, ce quelque chose compenserait les effets manquants. Ce quelque chose est « la matière noire » .

En conclusion, bien que RIEN ne permette encore d’expliquer l’hypothétique force d’attraction gravitationnelle de Newton qui s’exercerait entre les masses (ni le graviton ni les ondes gravitationnelles), on balance des artifices, qui heurtent la pensée humaine, afin de préserver un « savoir » qu’il ne faut surtout plus toucher car intervenant partout dans les sciences.

Oui, la gravitation est une notion fondamentale et est présente dans toutes les réflexions scientifiques, donc dans toutes les théories. Alors, toucher les fondations ferait basculer le château de carte de notre connaissance dans une certaine forme d’ignorance, avec des conséquences inconnues sur les « recherches » en cours, et là, c’est encore plus grave car cela devient une histoire de gros sous ou tout simplement de subventions.

Pour ne pas émettre des doutes sur la compétence de nos scientifiques (on me le reproche trop souvent), nous allons contrôler si les galaxies fonctionnent avec la gravitation.

Une galaxie se comporterait comme notre système solaire. Dans un cas, c’est un cortège d’étoiles tandis que dans l’autre cas, c’est un cortège de planètes qui gravite autour d’un objet central. Alors regardons l’équilibre du système solaire.

Avant cela, rappelons qu’un objet est en équilibre orbital autour de notre planète, si, en fonction de son éloignement, il est animé d’une vitesse orbitale respectant la relation :

Les galaxies sont-elles en accord avec la loi de la gravitation ? dans Dans le livre galax-1

que les astrophysiciens écrivent : Lire la suite… »

Publié dans Dans le livre, Drôle de science, Einstein, Lois de Kepler, Mecanique celeste, Newton, Pesanteur, Gravitation, Roger Robert, Sciences revisitees | 33 Commentaires »

Comment faire un FAUX scientifique ?

Posté par Roger Robert le 29 octobre 2011

L’astronomie est aujourd’hui une branche de la science qui multiplie les faux !

Les découvertes de planètes extrasolaires vont bon train !

Il ne se passe pas une semaine sans qu’un ou plusieurs objets célestes « gravitant » autour d’étoile lointaine ne soient révélés à notre crédulité.

Toutes les informations sont bonnes pour émoustiller notre curiosité et pour nous montrer la complexité de notre Univers. Que ces objets effectuent une révolution en quelques heures, qu’ils soient constitués de glace « chaude », qu’ils soient noir comme du charbon, qu’ils soient en diamant pur, qu’ils présentent une atmosphère comparable à la nôtre, qu’ils …

Je ne prolonge pas la liste car les affabulations n’ont de limite que l’imagination de ceux qui nous racontent de telles sornettes. Et nous avalons ces infos sans sourciller.

Oui ! Ils nous racontent n’importe quoi et nous n’avons aucun moyen de douter de leurs dires, car il suffit que leurs révélations soient publiées dans une grande revue scientifique pour qu’elles deviennent des réalités scientifiques. Tous les médias reprennent en cœur cette désinformation, car ils n’ont plus besoin de vérifier leurs sources, le comité de lecture l’a fait pour eux.

Or, si nous avions accès aux informations qui leurs autorisent d’articuler de telles conclusions, nous serions époustouflés par leur culot. La majeur partie de ces informations ne sont pas disponibles car les détecteurs transmettent leurs informations directement dans un calculateur qui en tire des conclusions, selon la théorie qu’on leur demande d’interpréter.

La précision des observations astronomiques est fonction de la qualité de l’image, du nombre de pixels. Pour les objets très lointain, malgré les performances du télescope, l’image est constituée de quelques pixels. C’est-à-dire quelques taches monochromes qui sont loin de donner un cliché acceptable. Pour améliorer la définition, un logiciel divise ces taches en fonction des transitions adjacentes et le contour de l’objet est détouré.

C’est ce que nous apercevons sur les photos de Pluton prise par le télescope Hubble :

Comment faire un FAUX scientifique ? dans Mecanique celeste pluton1

Dans le petit carré apparait le réel cliché envoyé par Hubble, et le résultat qu’on nous présente après « corrections ». Si par curiosité nous augmentons la taille

Lire la suite… »

Publié dans Drôle de science, Mecanique celeste, Newton, Pesanteur, Gravitation, Roger Robert, Sciences revisitees | 14 Commentaires »

S’opposer au nucléaire, c’est bien ! Savoir pourquoi, c’est mieux !

Posté par Roger Robert le 6 octobre 2011

Il semble évident que tous ceux qui s’opposent au nucléaire, savent pertinemment pourquoi !
Il y a ces déchets radioactifs et les grands dangers en cas de catastrophe.
Les physiciens du nucléaire essayent bien de nous rassurer. Ils prétendent maîtriser toute la technicité employée et que cette énergie est « propre » car elle n’émet pas de CO2, ce gaz qui créerait cet hypothétique effet de serre, ce réchauffement climatique. Or, ils oublient de préciser, qu’outre leurs détritus radioactifs immortels, ils réchauffent directement les cours d’eau et ça, ce n’est pas une hypothèse.
De toutes façons, ils sont contraints de nous l’imposer parce que nous sommes de très grands consommateurs de cette énergie et n’avons encore aucun moyen de la remplacer et surtout, nous ne nous les donnons pas.
Sans parler du monde financier qui impose son dictat et qui ne voit que les gains immédiats, sachant qu’ils ne supporteront jamais les conséquences en cas d’avarie. Mais ceci n’est pas un critère scientifique, alors concentrons-nous sur cette connaissance scientifique. 

Maîtrisons-nous la fission nucléaire ?

Il semblerait impensable que nous sachions faire quelque chose qui fonctionne sans comprendre ce qui se passe !
Nous ne sommes plus à l’époque de Cro-Magnon qui savait faire du feu sans connaître la théorie. Aujourd’hui, nous savons presque expliquer comment s’enclenche le feu. Presque, parce que les explications sont, avouons-le, pas très claires.
Au niveau des réactions nucléaires, les théories sont, cette fois-ci, incontestables. Nous savons qu’il y a la fission et la fusion thermonucléaires.
Alors pour mémoire je les résume ainsi :

· Fission nucléaire

S’opposer au nucléaire, c’est bien ! Savoir pourquoi, c’est mieux ! dans Dans le livre fission

En bombardant un gros noyau atomique avec un neutron, celui-ci se fissionne (se casse) en libérant d’autres neutrons qui à leur tour vont fissionner d’autres noyaux et ainsi de suite. C’est une réaction en chaîne qu’on utilise dans les bombes atomiques, les bombes A.
Nous avons le même nombre de particules avant et après la réaction, mais bizarrement il faut considérer une perte de masse pour expliquer la provenance

Lire la suite… »

Publié dans Dans le livre, Drôle de science, Modele de l'Atome, Mouvement brownien, Newton, Pesanteur, Gravitation, Physique Chimie, Roger Robert, Sciences revisitees, Vide, Ether, Electron | 40 Commentaires »

Boson de Higgs ! Être ou ne pas être ? Là est la question !

Posté par Roger Robert le 30 août 2011

Suite à l’annonce du CERN, sur les difficultés rencontrées à observer ce boson, et ce, malgré les énormes investissements engagés spécifiquement pour cette recherche, je pourrais leur faire part de mon avis et de l’inutilité de cette démarche, comme je l’explique dans mon livre “Les Sciences revisitées”. Mais pour connaître ces raisons, il faudrait que les intéressés les lisent. Ils ne désirent pas faire cet investissement faramineux de 30€ pour un livre de 480 pages, et encore moins imaginer une éventuelle remise en cause de leurs élucubrations intellectuelles, alors je résume la démarche qui m’a conduit à une telle conclusion.

Au lieu de dépenser autant de ressources intellectuelles et financières autour de l’existence ou non, du fameux boson de Higgs, il serait plus judicieux de revenir sur des questionnements plus fondamentaux. Pour aider les chercheurs dans cette démarche, je les résume ainsi :

Quel serait le rôle de ce boson de Higgs, cette “particule de Dieu”,comme vous dites ?

- Votre réponse est simple : Il expliquerait l’existence de la masse.

Alors, qu’est-ce que la masse ?

– La masse représente la “quantité de matière”, laquelle perçoit l’hypothétique force d’attraction gravitationnelle. Hypothétique car encore jamais observée, ni-même l’onde gravitationnelle, donc cette force reste une hypothèse émise par Newton.

Selon Newton, la force résultante est égale au produit de la masse avec “l’accélération gravitationnelle” et représente le poids.

P = m . g

P : Poids exprimé en newton [N],
m : masse exprimée en kilogramme [kg],
g : “accélération gravitationnelle” exprimée en mètre par seconde carrée [m/s²]

Ce poids est une force et devrait impérativement s’exprimer en unité de force, donc en newton noté [N]. Malheureusement, nombreux sont les appareils de mesure qui réagissent à cette force et affichent le résultat en kilogrammes, unité de masse. Ceci explique la confusion profonde qui existe entre POIDS et MASSE. Posons-nous quelques questions sur ces unités que sont le newton et le kilogramme :

Nos instruments de mesure du poids réagissent-ils à la masse ou au poids?

Boson de Higgs ! Être ou ne pas être ? Là est la question ! dans Action acceleration poids1

- Tous ceux qui exploitent la déformation élastique de la matière mesurent une force, donc un poids et devraient par conséquent, exprimer la valeur de cette force en newton. Pratiquement TOUS nos instruments du quotidien (pèse-personne, balances électroniques de toutes sortes, etc.) réagissent à une déformation élastique et mesurent des forces, que nous avons la fâcheuse habitude d’exprimer en kilogramme.

- Seules les balances à fléau sont prétendues comparer des masses ! Une nouvelle question me vient à l’esprit :

Lire la suite… »

Publié dans Action acceleration, Modele de l'Atome, Newton, Pesanteur, Gravitation, Roger Robert, Sciences revisitees, Vide, Ether, Electron | 55 Commentaires »

Décidément, la cosmologie ne s’accorde pas avec la relativité générale d’Einstein !

Posté par Roger Robert le 28 mai 2011

cosmos.jpg

La cosmologie et la relativité générale d’Einstein : un mariage impossible !
Dans son No 1124 de mai 2011, la revue Science &Vie nous propose un article intitulé :

Einstein dépassé ! 47 galaxies contredisent sa théorie.

C’est la deuxième fois que nos observations du cosmos démontrent de façon catégorique, les travers de la théorie de la relativité générale d’Einstein.

La première contrariété fut consécutive aux mesures publiées par l’astronome Fritz Zwicky en 1933. Certaines galaxies ne tournent pas en accord avec les prédictions faites par l’équation de la relativité générale. Pas de problème, il ne faut surtout pas toucher aux équations d’Einstein, alors d’un coup de baguette magique, nous faisons apparaître quelque chose d’invisible, même aux yeux des plus avertis, la MATIÈRE NOIRE. Jolie rustine qui représenterait entre 83 à 90% de la matière de l’Univers et que seules nos équations sont capables de « voir ».
Où est le problème ?

Cette année, en 2011, l’astronome Stacy McGaugh, en observant 47 galaxies, constate qu’elles respectent toutes une même loi. Malheureusement cette loi est en contradiction avec le modèle standard de la cosmologie et les équations d’Einstein qui trônent au milieu. La matière noire ne semble plus être la rustine appropriée. Faut-il en arriver à appliquer la théorie de Newton modifiée, c’est-à-dire celle connue sous le nom de théorie MOND ?

Cette théorie rejette l’hypothèse de la matière noire, tandis que le modèle cosmologique semble « expliquer » tant de choses avec elle. Plus personne ne sait où chercher de nouvelles rustines, et le CERN tarde à découvrir cette fameuse matière noire. Bien que les astrophysiciens ne s’accordent plus sur une théorie unique, ils ne se formalisent pas trop car ce ne sont que des singularités, des anomalies…
… enfin, une façon élégante de dire que nos théories sont à côté de ce qu’elles prétendent expliquer.

ET POURTANT, si ces astrophysiciens, au lieu de chercher cette matière noire, faisaient fonctionner leur matière grise en explorant les Sciences revisitées, ils découvriraient que le principe de la pesanteur, comme exposé, est un phénomène engendré par l’éther.

Lire la suite… »

Publié dans Big bang, Drôle de science, Einstein, Expansion terrestre, Modele de l'Atome, Newton, Pesanteur, Gravitation, Roger Robert, Sciences revisitees, Vide, Ether, Electron | 28 Commentaires »

Les mathématiques ne détiennent pas toujours la vérité !

Posté par Roger Robert le 15 janvier 2011

Dans cet article, je veux démontrer qu’il ne faut pas attendre des mathématiques qu’elles servent d’outil de prédiction pour des comportements qui heurtent l’intelligence et pour lesquels la durée de vie de l’humain ne pourra jamais contrôler.

Pour ce faire, je vais m’attaquer à deux notions élémentaires et fort simples que sont l’intégration et la dérivation.

Rassurez-vous, comme pour la rédaction de mon livre, je tiens à ce que les explications soient simples et à la portée de toutes et tous. Ne désirant pas rédiger un billet trop long, je n’entre pas dans les détails de ces opérations, ni même dans la symbolique employée. Nous concentrerons notre réflexion autour de graphiques dans lesquels apparaissent ces notions sous forme géométrique.

  • L’intégration est le calcul de la surface sous la courbe.
  • La dérivation est le calcul de la pente de sa courbe.

Dans les deux cas nous opérons sur une fonction et obtenons une fonction. Une fonction caractérise la variation d’une grandeur en raison de son argument. Une fonction constante signifie que la grandeur ne varie pas sur l’intervalle de définition considéré.

Analyse d’un mouvement dans un repère temporel.

Prenons le cas de la vitesse soumise à une accélération constante et représentée dans un repère où l’argument est le temps. Dans ce repère temporel nous obtenons :

Les mathématiques ne détiennent pas toujours la vérité ! dans Action acceleration dmamath1

La fonction de la vitesse est obtenue par intégration de la fonction accélération. Cette intégration est la sommation des accélérations et représente la surface rectangulaire verte sous la courbe de l’accélération. Sur le graphique de droite, la fonction de la position est obtenue par intégration de la fonction de la vitesse. Elle représente la surface triangulaire bleue sous la courbe de la vitesse. Ceci nous a permis de trouver les relations applicables à ce mouvement uniformément varié avec des conditions initiales nulles (vitesse et déplacement).

Avant de changer d’argument en considérant le déplacement en lieu et place du temps, regardons quelques exemples, toujours simples, où l’accélération varie en fonction du temps. Nous comparons 3 cas

Lire la suite… »

Publié dans Action acceleration, Dans le livre, Dynamique, cinematique, Einstein, Newton, Philosophie, Physique Chimie, Principe d'incertitude, Roger Robert, Sciences revisitees | 35 Commentaires »

12
 

simao25 |
ECO---Blog |
La révolution de Marie Curie. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | expertpuproductionline
| Les combinaisons de natation
| BEAUCOUP de voies...un seul...