Les galaxies sont-elles en accord avec la loi de la gravitation ?

Posté par Roger Robert le 4 janvier 2012

La théorie de la gravitation de Sir Isaac Newton et même celle revue et « corrigée » par Albert Einstein, sont universelles. C’est-à-dire qu’elles devraient être vérifiées quel que soit le lieu de notre Univers. Or, des observations du cosmos semblent démontrer le contraire !

En effet, les étoiles éloignées du centre de leur galaxie ne se déplacent pas selon les prédictions de cette fameuse loi. Alors pour que la gravitation ne s’échoue pas lamentablement sur les écueils de ces observations, il a été émis l’hypothèse qu’il y aurait quelque chose d’invisible à l’œil humain, mais, entré dans les relations mathématiques, ce quelque chose compenserait les effets manquants. Ce quelque chose est « la matière noire » .

En conclusion, bien que RIEN ne permette encore d’expliquer l’hypothétique force d’attraction gravitationnelle de Newton qui s’exercerait entre les masses (ni le graviton ni les ondes gravitationnelles), on balance des artifices, qui heurtent la pensée humaine, afin de préserver un « savoir » qu’il ne faut surtout plus toucher car intervenant partout dans les sciences.

Oui, la gravitation est une notion fondamentale et est présente dans toutes les réflexions scientifiques, donc dans toutes les théories. Alors, toucher les fondations ferait basculer le château de carte de notre connaissance dans une certaine forme d’ignorance, avec des conséquences inconnues sur les « recherches » en cours, et là, c’est encore plus grave car cela devient une histoire de gros sous ou tout simplement de subventions.

Pour ne pas émettre des doutes sur la compétence de nos scientifiques (on me le reproche trop souvent), nous allons contrôler si les galaxies fonctionnent avec la gravitation.

Une galaxie se comporterait comme notre système solaire. Dans un cas, c’est un cortège d’étoiles tandis que dans l’autre cas, c’est un cortège de planètes qui gravite autour d’un objet central. Alors regardons l’équilibre du système solaire.

Avant cela, rappelons qu’un objet est en équilibre orbital autour de notre planète, si, en fonction de son éloignement, il est animé d’une vitesse orbitale respectant la relation :

Les galaxies sont-elles en accord avec la loi de la gravitation ? dans Dans le livre galax-1

que les astrophysiciens écrivent : Lire la suite… »

Publié dans Dans le livre, Drôle de science, Einstein, Lois de Kepler, Mecanique celeste, Newton, Pesanteur, Gravitation, Roger Robert, Sciences revisitees | 33 Commentaires »

Comment faire un FAUX scientifique ?

Posté par Roger Robert le 29 octobre 2011

L’astronomie est aujourd’hui une branche de la science qui multiplie les faux !

Les découvertes de planètes extrasolaires vont bon train !

Il ne se passe pas une semaine sans qu’un ou plusieurs objets célestes « gravitant » autour d’étoile lointaine ne soient révélés à notre crédulité.

Toutes les informations sont bonnes pour émoustiller notre curiosité et pour nous montrer la complexité de notre Univers. Que ces objets effectuent une révolution en quelques heures, qu’ils soient constitués de glace « chaude », qu’ils soient noir comme du charbon, qu’ils soient en diamant pur, qu’ils présentent une atmosphère comparable à la nôtre, qu’ils …

Je ne prolonge pas la liste car les affabulations n’ont de limite que l’imagination de ceux qui nous racontent de telles sornettes. Et nous avalons ces infos sans sourciller.

Oui ! Ils nous racontent n’importe quoi et nous n’avons aucun moyen de douter de leurs dires, car il suffit que leurs révélations soient publiées dans une grande revue scientifique pour qu’elles deviennent des réalités scientifiques. Tous les médias reprennent en cœur cette désinformation, car ils n’ont plus besoin de vérifier leurs sources, le comité de lecture l’a fait pour eux.

Or, si nous avions accès aux informations qui leurs autorisent d’articuler de telles conclusions, nous serions époustouflés par leur culot. La majeur partie de ces informations ne sont pas disponibles car les détecteurs transmettent leurs informations directement dans un calculateur qui en tire des conclusions, selon la théorie qu’on leur demande d’interpréter.

La précision des observations astronomiques est fonction de la qualité de l’image, du nombre de pixels. Pour les objets très lointain, malgré les performances du télescope, l’image est constituée de quelques pixels. C’est-à-dire quelques taches monochromes qui sont loin de donner un cliché acceptable. Pour améliorer la définition, un logiciel divise ces taches en fonction des transitions adjacentes et le contour de l’objet est détouré.

C’est ce que nous apercevons sur les photos de Pluton prise par le télescope Hubble :

Comment faire un FAUX scientifique ? dans Mecanique celeste pluton1

Dans le petit carré apparait le réel cliché envoyé par Hubble, et le résultat qu’on nous présente après « corrections ». Si par curiosité nous augmentons la taille

Lire la suite… »

Publié dans Drôle de science, Mecanique celeste, Newton, Pesanteur, Gravitation, Roger Robert, Sciences revisitees | 14 Commentaires »

Il faut être fou pour douter des lois de Kepler !

Posté par Roger Robert le 9 décembre 2010

Je vous rassure, je ne suis pas fou et pourtant je vais vous démontrer que le doute est permis.Je ne vais pas réécrire tout le chapitre sur la mécanique céleste, mais seulement vous démontrer que la deuxième loi de Kepler n’est pas exacte, donc elle est fausse.
Il faut être fou pour douter des lois de Kepler ! dans Dans le livre kepler1

Un astre, au plus proche de son étoile centrale, possèderait une vitesse tangentielle plus grande.

Pour comprendre cette fausse vision des choses, il faut avant tout essayer de comprendre une grandeur qui intervient dans les mouvements circulaire et qui se nomme la vitesse angulaire. Rien ne vaut un graphique pour expliquer et visualiser cette grandeur.

kepler2 dans Dynamique, cinematique

La vitesse angulaire représente la ligne qui part du centre de révolution et passe par le sommet du vecteur qui caractérise la vitesse tangentielle. Une augmentation de la pente de cette ligne signifie une augmentation de la vitesse angulaire. Sur ces exemples, pour une même vitesse tangentielle une variation du rayon engendre une variation de la vitesse angulaire.

Au niveau de la loi de Kepler, je trace un astre animé d’une vitesse tangentielle constante sur une orbite parfaitement circulaire et décentre légèrement l’étoile centrale.

kepler3 dans Gallilee, Copernic

Nous constatons que cet astre se déplace à vitesse constante et seule la vitesse angulaire varie. Nous prétendons que la vitesse tangentielle varie et avons tort. Un astre se déplace à vitesse tangentielle constante autour de son étoile.

Je vous entends bougonner, car nous savons bien que les comètes ou autres astéroïdes décrivent des orbites elliptiques et se déplacent plus rapidement au plus près de leur étoile centrale. Vous avez raison, mais ce que je viens de démontrer s’applique aux astres, corps célestes qui génèrent leur champ de pesanteur donc objets sans poids, tandis que les comètes sont des objets pesants qui se déplacent dans le champ de pesanteur solaire et obéissent aux lois de la mécanique qui s’appliquent à de tels objets.

Les mouvements elliptiques ne font pas l’objet de ce premier tome des sciences revisitées et viendront dans le second avec des surprises de taille.

Roger Robert
 

Publié dans Dans le livre, Dynamique, cinematique, Gallilee, Copernic, Lois de Kepler, Mecanique celeste, Pesanteur, Gravitation, Physique Chimie, Roger Robert, Sciences revisitees | 20 Commentaires »

 

simao25 |
ECO---Blog |
La révolution de Marie Curie. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | expertpuproductionline
| Les combinaisons de natation
| BEAUCOUP de voies...un seul...