Des critiques méprisables !

Posté par Roger Robert le 9 juin 2012

En réponse à des critiques de plus en plus virulentes, exprimées un peu partout, j’adresse à ces détracteurs de pacotilles cette réponse commune.

J’essaye de comprendre, depuis longtemps déjà, comment des gens qui se prétendent scientifiques, peuvent critiquer des écrits scientifiques sans prendre la peine de les lire !!!

Vous agissez tels des adeptes d’une secte qui vient de perdre un de ses membres et pour éviter l’hémorragie au sein de votre groupe, vous le dénigrez, vous l’insultez, vous le rabaissez aux yeux des autres adeptes…
Vous n’avez d’autres comportements que de prétendre détenir la seule et unique vérité et interdisez aux autres d’écouter des choses différentes, prétextant qu’ils risqueraient de perdre leur libre arbitre et surtout, ne plus boire vos divines paroles.

Des critiques méprisables ! dans Roger Robert Autruche

Oui, je le reconnais, j’ai fait partie de votre secte !
Oui, j’ai reçu le même enseignement scientifique que vous !
Oui, j’ai utilisé cet enseignement dans mon métier !
Oui, les résultats de ce savoir étaient conforment à mes attentes !
Oui, comme vous, j’étais persuadé d’avoir compris beaucoup de théories scientifiques !
Oui, j’étais un parfait adepte aux sciences enseignées, parce qu’il n’y avait aucune alternative à cet enseignement !

Malheureusement, dans les vérités qu’il fallait admettre, certaines restaient obscures. Et c’est en cherchant des réponses sensées, que je me suis rendu compte que ma compréhension de la science reposait sur des idées peu élaborées. Ces idées formant la base d’une multitude d’autres, tout le château de carte de ma connaissance s’effondrait, trouvant enfin des explications et la réelle compréhension !

Oui, comme vous, je croyais avoir compris certaines théories, mais en fait, tout comme vous, j’avais seulement admis certaines vérités.
Je pensais avoir compris la gravitation parce que j’avais admis l’existence d’une force d’attraction entre les masses !
Je pensais avoir compris la notion de « masse » parce je faisais confiance à cet enseignement, surtout que depuis le temps, beaucoup de savants avaient dû explorer méticuleusement toutes ces hypothèses !
Je pensais avoir compris le modèle atomique, sans même m’interroger sur les interactions des électrons entre-eux, ma confiance envers le savoir était presque sans limite.
Presque sans limite, parce que la géométrie des molécules restait un mystère !
Presque sans limite, parce que la relativité d’Einstein restait incompréhensible, et faire l’effort d’admettre une vérité, dictée par des modèles mathématiques douteux et des validations peu crédibles, n’a jamais été ma façon d’imaginer la Science.

Aujourd’hui, je suis sorti de votre secte parce que vos vérités sont trop souvent des mensonges.

Mais si je fais ce rapprochement avec une secte c’est à cause de vos agissements. Car la Science n’appartient pas au monde des sciences humaines, de celles qui interprètent l’esprit de la pensée humaine. La Science de la Nature s’appuie et se fonde sur la logique, sur des explications, bref sur ce qui fait grand défaut dans l’approche actuelle et que je retrouve dans « les Sciences revisitées ».
Comment pouvez-vous juger mon travail sans l’avoir vu avec objectivité ?
Comment osez-vous prétendre vous faire une idée de toutes mes remises en cause, en ayant survolé que quelques pages ? Parce que ceux qui prétendent avoir lu, n’ont même pas fait la démarche de demander le mot de passe pour lire ce qui est disponible sur ce blog.
Comment prétendre mettre en garde mes lecteurs d’un éventuel égarement, alors que vous ne savez pas ce qui leur laisse l’impression de découvrir enfin les Sciences expliquées. Leur compétence est bien plus objective que la vôtre, et il n’y a rien de sectaire dans mes écrits, juste des explications logiques et sensées.

Vous voulez me juger, alors agissez en adultes responsables et non pas par des méthodes dignes du Moyen-Âge !

A bon entendeur

Roger Robert

14 Réponses à “Des critiques méprisables !”

  1. DD dit :

    Bonjour,

    Franchement, je ne comprend pas non plus les critiques dont vous faites l’objet. Bien sûr vous n’y allez pas (plus) avec le dos de la cuillère quand vous parlez de ce monde scientifique mais je peux comprendre que pour vous, la coupe soit pleine :)

    - « On » a râlé par rapport au côté commercial de votre livre, vous avez envoyé des exemplaires gratuits, mais ça ne convient pas.
    - Vous avez mis à disposition sur votre blog gratuitement près de 300 pages, mais ça ne convient pas.
    - Vous avez fait des vidéos pour les fainéants qui ne veulent pas lire, mais ça ne convient toujours pas.

    Et j’en oublie.

    Petite parenthèse:
    J’ai regardé une émission sur l’expansion terrestre (émission d’Arte, facile à trouver sinon je posterai les liens) qui parlait, entre-autres, d’un explorateur dont ses idées sur la dérive des continents étaient tournées en ridicule. 30 ans après sa mort, ses idées sont utilisées dans le modèle de la tectonique des plaques et la dérive des continents :s
    Peut-être que dans 30 ans, on en reviendra à l’expansion terrestre! Quelle perte de temps mais bon…^^

    Tout ça pour dire que les idées de gens comme vous Roger Robert, devraient être au minimum tenues en « veille » plutôt que d’être dénigrées.

    Je consulte votre livre sur le blog et même si parfois je tique sur certaines idées, je persiste pour me rendre compte que ça tient la route (ex: l’expansion terrestre avec en complément l’émission d’Arte. J’étais moins convaincu par votre présentation vidéo, avec tout le respect que je vous dois). J’avoue que j’ai zappé la plupart des formules, je déteste les maths ^^ et j’ai toujours entendu dire, peut-être à tort, que les maths ne sont qu’un langage. Dès lors, comme toutes traductions, elles sont soumises à interprétations, aux erreurs.

    Bien à vous.

    • Roger Robert dit :

      Bonjour DD,

      Et oui, le constat est dur et amer !
      Sur Facebook, des physiciens ont osé critiquer ma démarche et cet article, alors qu’ils ne veulent rien lire et voir de mes idées.
      Cet article leur était adressé, et ils se sont ridiculisés aux yeux d’un grand nombre de personnes.

      DD, il ne faut pas détourner les yeux devant des formules mathématiques ! Les formules de base sont un langage universel et ne souffre d’aucune traduction.
      Bientôt je posterai une vidéo expliquant la différence entre l’action et l’accélération. Les formules seront TOUJOURS le calcul d’une surface rectangulaire ou triangulaire, figures qui apparaitront à l’écran.
      La différence se fera, dans le cas de l’accélération avec une base du rectangle qui correspond au temps, donc des secondes, et dans le cas de l’action, une base qui représente une distance parcourue, donc des mètres.
      Les maths sont mal enseignées parce qu’elles restent « incomprises » par ceux qui les enseignent !
      Je choque les profs de math, mais s’ils avaient fait l’effort de visualiser l’intégration d’une accélération, il y a longtemps que la différence entre l’action et l’accélération aurait été faite !

      Amicalement.

  2. Nicolas dit :

    Bonjour Monsieur,

    J’arrive en plein milieu d’un débat, apparemment. Mais je voudrais rebondir sur cette controverse pour vous donner mon avis sur ce site que je ne connais que depuis peu de temps.

    D’abord, je ne connais pas grand chose à la physique, je suis plutôt un littéraire. Cependant, deux aspects des sciences me tiennent fort à cœur:

    Le premier est une qualité qu’elles partagent avec beaucoup de modes de pensées: mythes, religions, etc. Il s’agit de leur capacité à expliquer le monde. Ce peut être via l’intuition ou via l’expérience. L’important c’est de pouvoir expliquer le monde d’une façon cohérente (à ce titre, les croyances de l’Egypte antique le faisaient très bien, il n’y avait qu’à gérer le « corpus » de mythes à chaque fois que le besoin s’en faisait sentir).

    Le second aspect est propre à certaines disciplines, dont les sciences. C’est leur valeur prédictive. A savoir que grâce, aux sciences, on est capable de prédire (dans une fourchette raisonnable) que certains grands événements vont se produire (explosion d’une étoile par exemple) ou que de petite traces vont être laissées (sur un sismographe, par exemple). Ou encore, on peut dessiner les plans d’une machine avec une forte probabilité qu’elle donnera des résultats satisfaisants (par exemple un avion).

    Mon idée est la suivante: les sciences telles qu’elles sont pratiquées aujourd’hui me semblent cohérentes mais il est tout à fait possible que vos modèles le soient aussi. Je n’ai, ni dans un cas, ni dans l’autre, le bagage pour me prononcer.
    Quant à la valeur prédictive, les sciences actuelles ont un énorme passé de réussites brillantes. A titre d’exemple, la vision que nous avons eue des électrons jusqu’ici nous a quand même apporté Internet, ce n’est pas rien!

    Alors j’ai deux questions, l’une très précise, l’autre générale:

    La première concerne la valeur explicative de votre modèle. Vous dite que la masse, c’est la quantité de matière. Pourtant, l’article « masse » de « Wikipedia » – site qui reflète bien le consensus scientifique que vous interpellez – explique que des atomes contenant la même quantité de matière peuvent avoir une « masse » différente. Comment votre modèle explique-t-il cette différence entre le nombre de particules et la mesure des appareils?

    Ma seconde question est la suivante: quelle est la valeur prédictive de votre modèle? Qu’est-il capable de prédire de minuscule ou de géant qu’aucun autre modèle n’avait prévu avant lui? Qu’est-il capable de créer que les science actuelles ne peuvent pas permettre aux ingénieurs? C’est peut-être bassement utilitariste comme question mais des sciences inutiles ou redondante n’intéresseront jamais qu’un cercle restreint d’individus et sont appelées à disparaître. Malgré la censure, malgré la puissance de l’église, Galilée et Copernic ont su s’imposer; comment, dans le climat de dogmatisme que vous dénoncez, comptez-vous rendre indispensable votre révolution si ce n’est par une production novatrice? Sans la preuve de cette capacité, dont le poids incombe à son géniteur, vos théories – tout cohérentes qu’elles soient – restent une explication « a posteriori » du monde et donc, par définition, un mythe.

    Cordialement

    • Roger Robert dit :

      Bonjour Nicolas,

      Bienvenu sur mon blog, où le débat des « scientifiques » qui critiquent mes idées n’est pas un réel débat !
      Sans rien vouloir lire ou entendre, ils objectent à mes théories celles qui sont actuellement en vigueur, donc ils me demandent de retourner vers cette pensée unique dans laquelle ils se sont emmurés.

      Si la science qui est enseignée en primaire et secondaire semble attrayante par les explications apparemment logiques, le monde de la physique fondamentale n’explique plus rien du tout. C’est le monde de l’incohérence et ils ne le cachent pas en échafaudant le principe de décohérence quantique, par exemple.
      Ce qui est logique dans notre monde du quotidien, ne l’est plus dans le monde quantique. Une boule plus grande que le diamètre d’un trou n’a aucune chance de le traverser, alors que pour le physicien s’il doit dire que, dans son monde, cela est possible, alors il le dit et prétend ainsi valider sa théorie.

      Les prédictions, de cette physique fondamentale, sont encore à la recherche des éléments qui valideraient cette théorie (graviton, onde gravitationnelle, boson de Higgs …). Elles ne sont en rien dans les découvertes technologiques, contrairement à leurs revendications. Ces découvertes sont toujours antérieures à la théorie qui tente de les expliquer, après coup. D’où l’électron qui passe au travers d’un espace trop petit (l’effet tunnel).

      Mon modèle atomique n’est pas en accord avec celui utilisé par les physiciens du CERN. Il démontre l’inutilité de telles expériences, et il faut le savoir, malgré les milliards engloutis, leur seule découverte est celle du protocole Internet. Chose qu’un informaticien de 2ème année aurait pu pondre !

      Les scientifiques sont incapables de prédire l’explosion d’une étoile, tout comme les tremblements de Terre qu’ils enregistrent sur leurs sismographes. La science n’est pas aussi avancée qu’elle le prétend. Les découvertes des exoplanètes sont là pour faire rêver, mais je défie tous ces annonceurs de mettre sur la table leurs preuves, parce que leur crédibilité en prendrait un sale coup.

      Concernant la masse, dans ma vidéo sur le Poids et la Masse, j’explique l’erreur d’avoir attribué une unité de grandeur à la masse, il fallait choisir une unité de force !
      Lorsque je parle de la quantité de matière, je ne parle pas du nombre d’atomes, mais du nombre de corpuscules qui forment cette matière, donc mon langage est peu différent. Il diffère parce que pour la gravitation ils dénombrent les nucléons (proton et neutron), tandis qu’avec la pesanteur ce sont les électrons qui perçoivent l’action de la pesanteur. Dans les 2 cas, la densité de la matière est fonction de l’organisation de ces corpuscules. Les molécules d’eau prennent plus de place que les atomes de platine, c’est pour cette raison qu’il faut un litre d’eau, volume plus faible que celui de l’étalon et pourtant de même poids.

      Des théories plus exactes ont toujours favorisé de nouvelles découvertes. En passant du modèle géocentrique au modèle héliocentrique, Kepler a pu édicter ses lois ! Sans cette étape nous aurions encore du mal à comprendre le système solaire.
      Je suis convaincu que la chimie va faire un bond considérable, parce que ce modèle atomique MAES, EXPLIQUE des comportements encore flous. Chimie et tout le reste, biochimie, biologie etc..

      Cordialement

  3. Nicolas dit :

    Re-bonjour,

    D’abord, désolé pour les fautes de Français, je n’ai pas l’habitude d’écrire à l’ordinateur.

    J’ai bien compris votre souci avec la masse et l’idée même de lui attribuer une unité de grandeur mais ce n’est pas là ma question. L’article parle aussi de corpuscules, en comparant deux cas (3 moles d’hélium 4 et une mole de carbone 12) où la quantité de matière (électrons compris) est la même mais où la masse est différente. C’est ce point-là que je ne trouve pas expliqué dans votre modèle.

    Vous dites qu’Internet aurait pu être inventé par un étudiant de seconde, mais tel ne fut pas le cas. On doit Internet et le Web à une armée hyper-financée et au CERN. Explorer une autre réalité revient à de la sculpture sur nuages. Je pense que votre vision de la physique est trop sévère. Par exemple, vous me parlez de l’effet tunnel, alors je me suis renseigné et j’apprends que cet effet est utilisé dans un type de mémoire vive (qui, par ailleurs, utilise aussi le changement de « spin » des particules). Quels que soient vos griefs contre les scientifiques, leur vision du monde est productive, quoi que vous pensiez de l’effet tunnel et du spin, quelle que soit la valeur ontologique de ces notions, elles sont utilisées pour prévoir et agir sur des changements infimes qui permettront de stocker des données. C’est incroyable, non? On peut contester ce qu’on veut dans les sciences mais pas leur capacité à l’innovation (ni les dangers qu’elle porte parfois).

    Vous dites que les scientifiques du CERN dépensent des milliards de façon inutile. Ce qui signifierait qu’ils ne trouveront pas les particules qu’ils cherchent. Eh bien c’est tout à leur honneur! Ils investissent alors ce qu’il faut pour prouver que leur propre modèle est imparfait. C’est une démarche extrêmement scientifique. Le jour où ils se rendront à l’évidence, cette dernière aura été vécue expérimentalement, ce qui est le plus juste des enseignements. Et s’ils trouvent leur boson, alors leur prédictions seront justes, ce qui sera à porter à leur crédit.

    Sans me positionner au-delà sur le fond, je vous trouve injuste sur la forme, car vous frappez à la porte d’une communauté qui, pour des raisons bonnes ou mauvaises, pratique et pense des choses, qu’on peut estimer pertinentes ou non, et vous leur dites: « changez d’avis ». Ces gens consacrent leur vie aux sciences, vous pouvez crier à leur aveuglement mais pas à leur malhonnêteté: ils croient en ce qu’ils font, comme chaque personne qui consacre sa vie à quelque chose. Admettons alors qu’ils sont aveugles: franchement, pourquoi changeraient-ils d’avis? Il faut le leur démontrer en se battant sur le terrain revendiqué par les sciences elles-mêmes: la falsifiabilité.

    Récemment une équipe du CERN a cru à tort découvrir des particules plus rapides que la lumière. Si tel avait été le cas, pas mal de choses auraient dû être réécrites. En fait, j’ai l’impression que chaque loi physique n’a besoin que d’un seul contre-exemple pour être niée. Alors voilà ce que vous devriez faire: montez une expérience concrète (pas un modèle explicatif par pitié!) de sorte que le résultat prévu par vous soit différent du résultat prévu par la physique fondamentale. Si le résultat est tel que vous l’aviez prévu, alors la valeur prédictive de votre modèle est réelle et vous tenez le bon bout.

    J’ai l’intime conviction qu’une telle expérience n’existe pas et que votre modèle ne se distingue de la physique que dans ses explications a posteriori mais je peux me tromper.

    En gros, ce qu’on demande c’est du concret. La Vérité, tous les prêtres, imams et rabbins me la livrent chaque matin. Moi je veux un téléphone, je veux qu’on mesure la radioactivité de ma région et je veux que mes dons à la Croix Rouge permettent de synthétiser des vaccins. Tout ça, seules les sciences me l’offrent. Pas vous, juste les sciences. Alors, si j’ose dire, assez prêché, au travail! Pas besoin de soutien et de moyens pour mettre à profit votre modèle, pensez aux premières inventions d’Edison!

    Cordialement

    • Roger Robert dit :

      Re-bonjour,

      Le français et son orthographe ou sa grammaire, on essaie de faire au mieux, mais ce n’est pas à ce niveau là qu’on portera son jugement sur les idées véhiculés.

      Avez-vous lu mon livre ? J’en doute !
      Par contre, vous n’avez aucun doute envers notre connaissance scientifique, et vous ne pouvez admettre qu’elle soit un tant soit peu dans l’erreur. Or, en prenant l’exemple des 3 moles d’hélium, vous citez une première erreur scientifique.
      Pour les liquides et les solides, dans un kilogramme de substance, il y a toujours le même nombre de nucléons, pas le même nombre d’atomes ou molécules, mais le même nombre total de neutrons et protons !

      Par contre, pour les gaz, c’est différent. Il y a l’hypothèse d’Avogadro qui stipule que dans un même volume, à pression et température identiques, il y a le même nombre de molécules, quelle que soit leur taille !
      Cette hypothèse est fausse ! Que ce soit un solide, un liquide, ou un gaz, la matière ne respecte jamais une telle hypothèse !
      Les calculs sont exacts parce qu’on fait intervenir une constante spécifique pour les gaz, qui contrecarre cette hypothèse !
      Doit-on conserver des théories erronées, parce que les résultats sont vérifiés, ou doit-on les supprimer et trouver de nouvelles explications beaucoup plus simples à exprimer et à comprendre ?

      Cette hypothèse d’Avogadro repose sur le mouvement brownien, qui voudrait que dans un gaz les molécules sont distantes et s’entrechoquent. Or avec le MAES, je démontre que cette théorie est fausse, et qu’elle empêche de comprendre certains comportements observables, et surtout elle ne permet pas de comprendre comment fonctionne la pesanteur.
      Pesanteur qui n’est pas la gravitation ! Autre nouveauté de mes théories.

      La science doit-elle reposer sur une multitude d’hypothèses fausses et tenter d’interpréter, tant bien que mal, les phénomènes qui se déroulent au sein de technicités incomprises, mais que l’on sait reproduire ?

      Le projet Iter est une reproduction à une plus grande échelle de Tokamak, alors que les dizaines de réalisations n’ont donné aucun résultat probant. Doit-on dépenser des milliards pour sa réalisation et perdre une vingtaine d’années de recherche et développement vers des idées plus concrètes que cette utopie ?
      C’est une utopie, parce qu’elle vient de l’idée que l’on se fait du fonctionnement des étoiles, et cette erreur est liée à la gravitation.

      J’ai une foule d’exemples de la sorte, que je démontre dans mon livre. Une démonstration scientifique n’est pas un prêche, c’est une suite d’explications avec des formules qui étayent l’ensemble. Un scientifique est capable de juger la pertinence de ces explications. Mais pour ce faire, il doit les lire !
      Actuellement, les scientifiques réagissent comme vous, ils ne doutent pas de leurs théories parce qu’ils se sont convaincus, eux-mêmes, qu’ils ont inventé toutes les dernières découvertes techniques.

      Mon modèle atomique prédit que les expériences du CERN ne montrent pas les sous-éléments du noyau, mais les traces que laissent les électrons. Si la physique des particules accepte mon modèle, cette partie de la science disparait et on ferme le CERN et tous les laboratoires qui cherchent ces particules imaginaires !!!

      Vous comprenez ainsi pourquoi les physiciens sont si nerveux et si arrogants à mon encontre. Ils dénigrent mon travail sans le lire, parce que leurs théories ne sont pas aussi solides qu’ils le pensent, ou plutôt, qu’ils le prétendent.
      Remarquez que je ne mets pas tous les scientifiques dans le même panier, ce sont principalement les physiciens que j’interpelle.

      Cordialement.

  4. Nicolas dit :

    Rebonjour,

    Hum… je me suis peut-être mal exprimé. Apparemment, pour les physiciens, la masse n’est PAS la quantité de matière, je cite Wikipedia:
    « (…) il s’ensuit qu’on ne peut pas assimiler tout simplement la masse à la quantité de matière. »
    C’est ça qui me chiffonne. Cela dit, c’est un détail ne vous formalisez pas de mon ignorance à ce sujet.

    Autre chose. Vous y croyez, vous, au « spin »? Sans doute pas. Mais ceux qui y croient se servent de ce modèle pour créer de la mémoire vive. Ils sont donc efficaces, ils créent. Ils sont utiles. Que répondez-vous à cette idée?

    Votre utilité à vous pourrait être celle d’un salvateur « empêcheur de penser en rond » mais vous vous aliénez manifestement la communauté. Vous êtes donc sans effet. C’est une sentence terrible mais, permettez-moi de vous le dire, méritée au vu de votre dogmatisme (dogme = règle qui ne souffre aucune nuance ou amendement. L’inverse de la physique, si je ne m’abuse, puisque toutes les quelques décennies cette dernière adapte admirablement son point de vue).

    Pour le reste de vos explications, je m’en remets aux spécialistes (mais qui sont ils pour vous, sinon vous-même et vos suivants?), je consacre ma vocation de citoyen à d’autres domaines (ce qui est mon droit le plus strict).

    En revanche, vous n’avez toujours pas relevé mon défi. Vous revisitez les sciences, c’est fort bien. Mais que créez-vous?

    Galilée a pu prédire que deux objets de poids différents lâchés de la tour de Pise touchaient le sol à peu près en même temps. C’était en contradiction avec le modèle de l’époque. Les « experts » n’y croyaient pas avant l’expérience, ils ont dû s’incliner par la suite. A vous de jouer. Montrez-nous une expérience. Cette charge vous incombe. Parce que si Galilée s’était contenté d’émettre son modèle sans se donner la peine de prédire un résultat mécanique et de le vérifier, personne ne se serait prosterné devant lui. Même s’il avait écrit un livre.

    La physique, ce n’est pas uniquement de la théorie, c’est aussi de la pratique. Pas uniquement dans sa vérification mais aussi dans son pouvoir créateur. Pour l’instant vous êtes au niveau d’Aristote: votre théorie est peut-être en accord avec nos connaissances, elle est cohérente, mais elle ne produit rien.

    Je sais que c’est terrible mais les sciences ne se rattachent pas directement à la vérité ontologique. Elles sont en premier lieu des production sociales, donc soumises à la politique. Ce qui explique, certes, la RANA (Recherche Appliquée Non Applicable) mais ce qui explique aussi le succès de Galilée, d’Edison ou de Pasteur. Ils ont été malins et bons politiciens. Vous devez emporter l’adhésion des gens pour réussir. Et pour ce faire, il faut leur soumettre des DONNEES et des FAITS indéniables qui rendront votre position inattaquable. En l’état, tel n’est, manifestement, pas le cas.

    Pardonnez le ton professoral que j’adopte, il est révélateur à mes yeux de quelque chose. J’ai l’impression, sans connaître la physique, d’être spécialiste d’un autre domaine qui est la société humaine. Vos théories ne pêchent pas à l’interne, elles pêchent à l’externe. Dans leurs liens avec la société. Cessez d’invoquer vos modèles et votre livre du haut de votre tour d’ivoire. Descendez dans l’arène et mettez la main à la pâte. On veut des des débats, des colloques, des demandes de crédits. Et surtout, surtout des expériences. Est-ce trop demander à un scientifique?

    Cordialement

    • Roger Robert dit :

      Bonjour Nicolas,

      Newton avait défini la force d’inertie comme étant proportionnelle à l’accélération et à la « quantité de matière ». Grandeur qui a été affublée de l’unité de masse, le kilogramme.
      Depuis 1971, a été introduit une nouvelle grandeur la « mole », laquelle a été désignée comme représentant la quantité de matière. Ce n’est plus la masse qui est prise en considération mais le nombre d’atomes.
      Si la mole est intéressante en chimie lors de mélanges de volumes gazeux, elle n’a plus franchement d’intérêt pour d’autres opérations qui passeront toutes par un pesage systématique des différentes substances.
      Dans ma vidéo, sur la Masse et le Poids, je démontre l’erreur commise avec cette unité qu’est le kilogramme. Et depuis lors, le système de « poids et mesures » cherche à définir des grandeurs sans voir où est le problème.
      Une grande réflexion autour de ces définitions simplifierait des notions élémentaires qui posent problème à ceux qui apprennent la science ! Ce qui consisterait à revisiter les fondements scientifiques !
      Malheureusement, la physique nucléaire ne parle plus des corpuscules du noyau en terme de masse, soit une fraction du kilogramme, mais en terme d’énergie exprimée en électron-volt. Ceci, pour donner raison à une idée qui voudrait que la masse se transforme en énergie ou réciproquement. C’est là le début d’une dérive, laquelle est validée par des relations qui sont établies en fonction des observations mais elles n’expliquent rien…

      Dans le même ordre de dérive, le spin est une valeur qui, intégrée dans une relation, permettra d’interpréter la trajectoire d’une particule après collision et valider une observation ou une « découverte ».
      Mais c’est là la GRANDE ERREUR de la science, elle est partie dans une dérive et elle perd de vue ce qu’elle cherche à expliquer et à comprendre !
      Ce que j’aimerai, avec mes théories, c’est remettre la science dans la logique qu’elle n’aurait jamais dû abandonner !

      Le monde est totalement crédule face aux allégations des scientifiques, parce qu’il ne comprend pas ce qu’ils racontent et ils ont réussi à faire croire qu’ils ont tout inventé et vous les croyez.
      Ils nous disent avoir observé des exoplanètes et nous annoncent leur taille et les conditions qui règnent à leur surface. Ce sont des MENSONGES grossiers, parce que pour connaître les caractéristiques d’un astre, il faudrait observer un satellite naturel qui orbite autour de cet astre, mais ils ne voient même pas cet astre, ils présument qu’il est là sans plus.

      La recherche scientifique est financée par nos impôts !
      Est-il concevable que nous poursuivons à financer des « recherches » qui ne servent à rien et qui nous font perdre du temps, sachant de « Les Sciences revisitées » démontrent cette supercherie ?
      Devons-nous continuer à enseigner des choses fausses ?
      Vous ne pouvez pas vous prononcer sur ce que je raconte, par contre le monde scientifique oui ! Alors s’ils sont convaincus de leur « théories » qu’ils les comparent aux miennes ! Et qu’ils démontrent mes erreurs, s’ils y arrivent !

      L’expérience de Galilée du haut de la tour de pise est une légende, et si sa découverte a fait avancer notre savoir scientifique, il n’a rien créé sur cette base.
      Moi, c’est la même chose, en remettant les sciences sur le droit chemin, la réflexion sera plus aisée pour que d’autres puissent utiliser ce savoir pour imaginer des nouveautés bénéfiques pour tous ou pour l’industriel qui les commercialisera.
      Lorsque j’écris que, dans un mouvement horizontal varié, la réaction inertielle n’est pas fonction de l’accélération, ni même de l’action mais de la « raideur du mouvement », il y a des laboratoires subventionnés qui sont équipés pour contrôler cette nouveauté et la réfuter au cas où elle ne serait pas vérifiée. Par contre, si elle est juste, les fabricants d’automobiles pourraient anticiper quelques résultats avant les crash-tests…

      Si vous n’êtes pas physicien, comme vous l’annoncez, mais plutôt orienté vers la société humaine, donc vers les contribuables, vous devriez voir dans mes théories vers où il faut se tourner pour le bien de tous, et non pas que ce soit une nouvelle découverte qui crédibilise mes idées. De toutes façons, les physiciens arriveront toujours à prétendre que leurs théories le prédisait et tous les moutons les écouteront béatement parce qu’ils ont le pouvoir des médias.
      A-t-on demandé à Einstein de se promener sur un rayon de lumière pour accepter de lire ses théories et de les valider par la suite ? NON !
      Comment puis-je organiser un colloque avec des scientifiques qui refusent obstinément la moindre remise en cause de leur savoir ?
      Comment puis-je obtenir des subventions pour éventuellement mettre sur pied quelques démonstrations, alors que ceux qui décideront, font partie de la clique qui ne portera pas atteinte à leurs amis ?

      Je vous remercie de vos conseils, mais j’ai découvert un drôle de monde scientifique !
      J’étais persuadé qu’un scientifique était curieux, mai il n’en est rien, c’est une immense secte et je démontrerai la validité de mes idées par des vidéos dans lesquelles je montre les lacunes de notre connaissance, et de ceux qui les défendent coûte que coûte.

      Cordialement

    • Roger Robert dit :

      Petit exemple pour dire que mes théories peuvent servir à quelque chose !
      A la fin du livre, en géodésie, j’explique qu’un gravimètre ne peut pas prédire ce qu’il y a dans le sous-sol, parce que cet instrument est basé sur la gravitation (théorie fausse).

      Un chantier dans Lausanne en a été la preuve !
      Si la place St Laurent s’est effondrée dans un immense trou, c’est que les mesures, faites avec des gravimètres pour raisons économiques, prétendaient que la moraine était encore là, alors que la réalité en a dit autrement !!!

      Faut-il persévérer dans l’erreur au détriment de vies, avant de modifier ses convictions ?
      Et je ne parle pas de l’énergie nucléaire…

  5. DD dit :

    Nicolas Bonjour,

    Vous demandez si Roger Robert croit au spin et je connais déjà la réponse qu’il peut vous donner, Lisez! Les pages sont disponibles sur son blog.

    Personnellement, je dirais que les expériences du cern ne sont pas forcément du temps et de l’argent perdu, nombre d’expériences scientifiques qui avaient un but A, ont fini par avoir (même par accident) une application B ou pouvoir diriger les expériences dans une autre direction.
    On apprend plus de ses erreurs.

    Je pense comme vous qu’il manque un petit quelque chose pour le modèle du MAES décolle mais je ne saurais dire quoi, une expérience de A à Z qui démonterait une ancienne explications?

    Je regarde souvent des émissions scientifiques sur national geographics ou discovery, les présentations de ces scientifiques utilisent trop peu souvent à mon goût le conditionnel.
    Univers qui gonfle comme un ballon dans un dodécaèdre et dont les parois touchent « le bord » ou un univers adjacent ce qui expliquerait les zones froides (cf:photo du satellite planck), théories des cordes, de multivers, etc…

    Toutes ces théories ne sont pas plus improbable ou farfelues que le modèle du MAES et pourtant ne sont pas dénigrées même s’il existe des désaccords.

    Pour moi, la nature est telle qu’elle permet de nombreuses choses et dès lors, je ne suis pas étonné que des applications fonctionnent sur des bases qui ne sont pas exactement la réalité. Tout n’est pas blanc ou noir mais les choses iront plus loin si elles sont plus proches de la réalité.

    Encore une fois le maître mot est la lecture pour savoir de quoi on parle.

  6. DD dit :

    Encore moi :)

    Roger, avez-vous tenté de trouver des mécènes? (désolé, je ne peux vous aider, je ne suis pas riche, au mieux, je peux acheter votre livre ^^)
    Je lance des idées comme ça, si vous y avez déjà pensé, ne répondez pas ;)

    Cordialement

    • Roger Robert dit :

      Bonjour DD,

      Je pensais que le monde scientifique était curieux et de ce fait, je présumais que ce premier volume m’aurait permis de rembourser ceux qui m’ont aidé, et subvenir à mes besoins pour écrire la suite. Ce n’est pas encore le cas !
      Je me méfie des mécènes, tout dépend de leur rapport avec l’argent ! S’ils veulent se faire du pognon avec leur fric, alors qu’ils restent chez eux, je ne partage pas cette vision capitalistique de notre civilisation !
      Le prix de mon livre en témoigne.

      Par contre, si un véritable mécène se présente, je ne fermerai pas la porte, parce que j’ai encore beaucoup de choses à dire et finaliser avec les sciences !
      Sinon, je continuerai à vivre avec des occupations occasionnelles et rémunérées, jusqu’à ce que le rythme des commandes ne m’y oblige plus.

      Merci de juger mon travail par la lecture et par comparaison avec l’enseignement que vous avez reçu !

      Bien amicalement

  7. Julien Pelllegrino dit :

    Mon commentaire du 7 août n’est toujours pas publié…. certaines réponses ne peuvent pas être fournies ? La censure commence comme ça… les reproches que vous faites aux scientifiques soi-disant sectaires seraient tout à fait adaptés à votre propre attitude…. remplacez « les scientifiques » par « roger robert » et votre diatribe prend tout son sens… vous ne publierez pas ce commentaire non plus je présume…. bah… je reviendrai voir dans un mois si la « révolution scientifique » a progressé…. Je vous le dis tout de suite elle n’aura pas progressé…

    J’ai gagné mon pari depuis bien longtemps…

    • Roger Robert dit :

      Oui, Monsieur Pellegrino, vous l’avez constaté, je ne laisse plus passer tous vos commentaires, non pas par censure, mais pour préserver ma liberté d’expression !

      J’aurais dû le faire depuis longtemps déjà, parce que votre propagande nauséabonde EST une forme de censure que vous utilisez à mon encontre.

      Comment osez-vous prétendre que je sois dans l’erreur, alors que vous n’avez toujours rien lu de mes écrits, ni-même vos autres collègues.
      Votre seul argument est l’argument d’autorité. Je ne peux pas avoir raison parce que la seule vérité officielle est celle prônée par la communauté scientifique et ses dignes représentants.

      Or, même ces « dignes représentants » sont incapables de se prononcer sur la validité de mes propos, parce que, comme vous, ils agissent de la même manière, ils occultent et dénigrent ce qui semble être subversif. Ils sont incompétents pour lire autre chose que les divins écrits d’illustres ancêtres ou de contemporains dont le pedigree suffit, à lui seul, pour justifier et valider n’importe quoi.

      Je suis certain, Monsieur Pellegrino, que dans un dialogue en tête-à-tête, votre arrogance se serait estompée, que vous auriez écouté mes propos et entendu mes réponses, et que vos convictions envers la science se seraient émoussées face à une logique sensée.
      Mais comme le trublion de la classe, entraîné par la meute, vous vomissez vos insultes et des flots de stupidités avec l’impression que vous avez raison. Vous ne faites plus l’effort de réfléchir et ça m’attriste de voir les enfants entre les mains d’enseignants de votre trempe.
      A votre niveau, vous imposez aux jeunes, d’admettre des « vérités » pour qu’ils soient aptes à admettre d’autres aberrations pour devenir des moutons dociles dans un système dirigé par une poignée de crapules.
      Vous êtes assez bête pour ne pas vous être rendu compte que vous êtes un brave mouton à leurs yeux !

Répondre à Julien Pelllegrino Annuler la réponse.

 

simao25 |
ECO---Blog |
La révolution de Marie Curie. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | expertpuproductionline
| Les combinaisons de natation
| BEAUCOUP de voies...un seul...