Comment la science impose-t-elle sa pensée unique ?

Posté par Roger Robert le 13 décembre 2011

La science m’écœure chaque jour davantage ! Non pas la Science, à proprement parler, mais ses représentants, ceux qui disent l’aimer et la comprendre.

Comment la science impose-t-elle sa pensée unique ? dans Philosophie Mouton

Ces « scientifiques » de pacotille qui prétendent débattre autour de mes idées, alors que leurs seules intentions sont de m’inviter à rejoindre illico le dogme de la pensée scientifique unique.
Qu’ils soient enseignants, qu’ils soient étudiants, qu’ils soient à l’intérieur ou à l’extérieur du système, le problème récurrent est qu’ils ne comprennent pas qu’ils sont intellectuellement manipulés. Ils sont conditionnés tels de pauvres moutons et sont incapables de s’en rendre compte.
Ils n’ont pas encore compris que pour se prononcer sur les avantages et les inconvénients d’un concept par rapport à un autre, il faut connaître les deux !
Lorsque ces discussions se déroulent par des suites de commentaires écrits, la seule méthode pour savoir ce que propose une alternative encore inconnue est de la lire.

J’ai cherché, en dehors de ce système, si d’autres esprits osaient douter de la démarche scientifique et de ses conclusions et je suis tombé dans le piège de la pensée unique. En effet, doutant des théories actuelles, j’estimais être sceptique, incrédule.
Et c’est là que le piège se referme, le monde scientifique a dévoyé les expressions qui pourraient caractériser un esprit critique.

Le scepticisme est selon la définition du dictionnaire :

 l’état d’esprit d’une personne qui refuse son adhésion à des croyances ou à des affirmations généralement admises.

Or, pour le monde scientifique, le sceptique n’est pas celui qui doute des théories généralement admises par l’ensemble de la communauté, mais celui qui doute de ceux qui doutent. Le sceptique est donc le fervent défenseur des idées généralement admises et il s’y emploie avec l’immense palette des outils mis à sa disposition pour dénigrer et rabaisser les réfractaires.

Dans le même ordre d’idée, l’esprit critique, selon la définition du scientifique, est donné à celui qui sait reconnaître ceux qui ont un esprit trop critique envers la seule et unique pensée que chacun doit avoir. L’esprit critique est donc conformiste et surtout pas révolté, car la seule vérité est celle qui est enseignée.
Vous comprenez qu’avec des expressions perverties de la sorte, ils ont réussi à interdire la controverse.
Avec de tels agissements, ceux qui doutent des théories et des compétences des scientifiques, n’ont plus le vocabulaire approprié pour se qualifier. Alors les autres les traitent de pseudo-scientifiques, avec une forte connotation négative, ou plus généralement de charlatans.

Ils prétendent que ce n’est pas une démarche dogmatique, mais ça y ressemble étrangement. De toute façon quelle serait la définition du dogme pour le scientifique ? Certainement, que pour eux, admettre des théories qui dépassent l’entendement ne fait pas appel à la croyance car nombreux sont les scientifiques qui tiennent les mêmes propos, ils détiennent la vérité, donc admettre leurs dires doit être différent que de croire en leurs balivernes.
Les sciences modernes sont incompréhensibles, ce n’est donc pas la logique qui nous permet de les assimiler, mais notre croyance en leur prétendue véracité.

Mesdames et Messieurs les scientifiques, vous me reprochiez de vouloir faire du pognon en vendant mon livre, maintenant qu’il est accessible gratuitement sur ce blog, montrez moi que vous êtes de véritables scientifiques, critiquez mes idées après les avoir lues et vous vous rendrez compte que je ne suis pas le petit connard que certains osent me traiter.
A ceux qui critiquaient, qui s’étaient engagés à lire mon livre, qu’ils l’ont reçu et qui sont dorénavant aux abonnés absents, respectez au moins votre parole. Si vous en avez une !

Roger Robert

9 Réponses à “Comment la science impose-t-elle sa pensée unique ?”

  1. Roger Robert dit :

    Je viens de poster une discussion sur le forum « Sur La Toile » autour de ce sujet.
    Cette discussion s’intitulait : Le scepticisme ou la supercherie scientifique !
    Je parle au passé, car elle a été immédiatement effacée, pour le motif suivant :

    « Bonjour,
    Ce message a été supprimé, les publicités ne sont pas acceptées sur le forum.
    Merci de votre compréhension.
    GS. »

    Est-ce que je fais de la publicité pour vendre quoi que ce soit ?
    Non, même mon livre est accessible GRATUITEMENT !
    Ce sujet n’est-il pas en rapport avec la science ?

    J’ai bien l’impression que le GS de ce forum n’est qu’un vulgaire censeur, car ce n’est pas la première discussion qu’il ferme unilatéralement. Je ne sais même pas ce qu’il fait sur un tel forum, car ses commentaires sont d’un niveau intellectuel du niveau de la maternelle.
    Lorsque la science n’a plus d’arguments elle laisse ses disciples prendre des mesures dignes du Moyen-Age.
    Messieurs les censeurs, je ris de votre incompétence car vous me donnez raison !
    Votre pensée unique est à vomir !

  2. Froidemort dit :

    Le commentaire a été remis… Seul le lien a été bloqué.

  3. Pellegrino Julien dit :

    Il y a quelquechose qui me chagrine dans votre discours (en plus de l’agressivité latente envers tout ce qui est scientifique bien sûr) c’est que vous avez un esprit très critique contre la Science établie et que vous lui reprochez d’être dogmatique et de refuser tout argument contraire à sa prétendue « ligne » or, c’est exactement ce que nous vous reprochons à vous concernant vos « théories »…

    avez-vous déjà émis l’hypothèse de vous être trompé dans votre raisonnement ? jamais, la Science très souvent depuis des centaines d’années (parfois avec des réticences c’est vrai mais elle a toujours su évoluer)

    avez-vous déjà modifié vos conclusions à l’étude d’un fait ou d’un argument nouveau et fiable ? non, vous attaquez et vous niez. Les scientifiques, eux, remodèlent leur vision des choses chaque jour au gré d’expérimentations et de raisonnement consensuels et partagés et au fil des discussions argumentées et parfois houleuses mais toujours constructives entre les différents points de vue.

    avez-vous déjà fait preuve d’humilité face à vos compétences ou votre incompréhension de systèmes complexes ? non, vous prétendez tout expliquer de la chimie moléculaire à la physique quantique en passant par la géologie ou la cosmologie alors même que vous n’en maîtrisez pas le vocabulaire de base…

    J’arrête là sinon je vais encore avoir droit à un beau discours sur l’étroitesse d’esprit… « connais-toi toi-même » disais Socrate

    • Roger Robert dit :

      L’agressivité est de votre côté. Dès le départ vous refusez de lire mes théories, par contre vous vous donnez le droit de les critiquer parce qu’elle ne sont pas conforme à celles enseignées, donc au dogme.

      L’intégralité de mes remises en cause repose sur un perpétuel questionnement autour des hypothèses admises et celles que j’émettais. J’évaluais la pertinence de nouveautés dans tous les domaines de la science. J’ai mis beaucoup de propositions au panier pour sortir celle qui fonctionne toujours et que je propose dans mon livre.

      Un fait nouveau était la vitesse du Neutrino ! Mais je ne suis pas une personne dupe, j’essaie de comprendre comment les « scientifiques » obtiennent de tels résultats et la déception est de taille.
      Comment ont-ils mesuré la durée du trajet de cet hypothétique Neutrino, alors que dans le module OPÉRA, ils sont obligés de développer le film photosensible pour savoir s’il l’on capturé ?
      Ils ont beau avoir des horloges atomiques, l’instant de détection de cette particule est impossible !

      Je suis et reste humble. Ce sont vous autres qui vous rehaussez tant que vous n’avez pas lu mon livre. Ils sont nombreux ceux qui venaient poster le même style de propos que les vôtre, et maintenant qu’ils ont le livre entre les mains ils sont muets comme des carpes. Ils n’ont même pas trouvé le moindre point qui pourrait me faire douter de mes idées.

      Pour votre information, le contenu du livre est disponible sur ce blog sous l’onglet [Contenu du livre]
      http://rogerrobert.unblog.fr/contenu-du-livre/

  4. Pellegrino Julien dit :

    refuser de lire votre livre n’est pas de l’agressivité…

    J’ai lu les passages que vous aviez mis en ligne au début et j’ai formulé des critiques que vous avez rejeté en bloc. Tous les gens qui ont critiqué votre livre ont subi le même dénigrement…

    Même gratuit votre livre ne trouve pas de lecteurs, je comprends que cela vous chagrine mais ne devenez pas aigri pour si peu… La plus part des gens ont des choses bien plus intéressantes à faire que de lire vos 400 pages de balivernes voilà tout…

    Finalement c’est moi qui vous porte le plus d’intérêt dans la communauté scientifique :o )

  5. Pierre Avencis dit :

    Bonjour,

    Je ne suis pas scientifique, mais je m’intéresse à comprendre notre monde. De site en site, je suis tombé sur votre page et votre livre. Je suis pour le pluralisme de la pensée et je soutiens votre démarche, je trouve qu’il est bien proposer des idées nouvelles, et que l’on puisse montrer ce que l’on crée.

    Cependant, il me faut nuancer mon propos. Certes, votre livre présente bien, mais pour moi qui ne suis pas dans le domaine mais qui a parcouru des forums, j’ai trouvé vos explications vraiment alambiquées et dans le phrasé et dans les notions abordées.
    Je veux dire par là que la science s’est toujours construite par des propositions suivies de démonstrations, avec je vous l’accorde des notions mathématiques de plus en plus compliquées et dont je n’ai malheureusement aucune compréhension. Je trouve cette démarche très constructive, et je pense que personne ne peut la remettre en doute si on se veut un tant soit peu sérieux. Et à ce que j’ai lu des commentaires, c’est surtout cela que l’on vous reproche : êtes vous capable de prouver ce que vous avancez ? Avez vous des expériences simples qui puissent valider vos dires ?

    De plus, force m’est d’admettre que même si je ne comprend en rien le travail des scientifiques, tant les physiciens, informaticiens et biologistes par exemples, je vous écris à partir d’un ordinateur, avec de l’électricité qui éclaire et chauffe ma pièce, je vois la lune et les étoiles, je regarde la télévision, je fais confiance à la chimie via les médicaments, j’ai un GSM qui marche avec les ondes (je crois en l’aimant et à l’électromagnétisme ainsi qu’en l’accoustique, c’est simple à vérifier et pourtant je ne comprend pas la théorie), j’ai déjà parcouru le ciel en avion, j’utilise mon GPS,…. Bref, je crois en ce que je vois, et ce que je vois en ce moment, c’est que malgré mon incompréhension de la science, ce qu’ils ont produit marche parfaitement et que je ne peux pas remettre en cause leurs théories qui vont plus loin que l’atome.

    Or ce que vous proposez, si je vous suis, c’est de remettre en cause la « physique de papa » qui fonde les théories actuelles et dont moi, simple citoyen, je peux vérifier concrètement qu’a priori on ne me ment pas. Ils ont, à mon avis, de bons arguments pour que je puisse leur faire confiance !

    Je déplore le jugement que l’on vous fait, mais comme dans tout bon procès, il faut amener des preuves aux arguments que l’on soutient, et je souhaite vraiment que vous ayez la preuve de ce que vous avancez, mais d’ici là, je vais plutôt faire confiance en la communauté scientifique actuelle. C’est comme cela que marche la société, par petit pas et en étant sûr.

    Bon courage pour la suite
    Pierre

    • Roger Robert dit :

      Bonjour Pierre,

      Merci de laisser un commentaire avec une certaine courtoisie qui fait grandement défaut sur la toile, et le monde scientifique ne semble pas rehausser le niveau.

      Je présume, à vous lire, que vous n’avez pas lu intégralement mon livre parce que les démonstrations sont bien présentes. Non pas par des expérimentations inédites, mais par la reprise systématique des expériences à disposition, et en les réinterprétant sur de nouvelles bases, de nouvelles hypothèses qui se confrontent aux hypothèses généralement admises. Oui, toutes les théories reposent sur des hypothèses, lesquelles restent des hypothèses mais plus dans l’inconscient de tout un chacun qui les présume être des vérités.
      Dans ma démarche, et c’est le cas flagrant avec la pesanteur, je retrouve les relations qui fonctionnent à merveille pour la gravitation. Alors, si ces relations sont la preuve en l’irréfutabilité de la gravitation, pourquoi ne seraient-elles pas le même style de preuve pour des explications radicalement opposées et qui arrivent à la conclusion qu’une pomme tombera toujours de haut en bas.
      Je suis d’accord, je ne donne pas de formules miracles pour les éléments subatomiques, mais mon modèle MAES démontre que ces formules ne correspondent à rien, parce qu’elles tentent de donner une explication à de mauvaises interprétations d’observations. Les physiciens ne voient pas les sous-éléments du noyau, mais estiment, sur la base de clichés, que les traces laissées sont celles de ces éléments, alors que mon modèle explique que ce sont les électrons qui sont en mesure de les faire.
      De plus, les bases pour l’édification de ces formules, viennent du monde macroscopique, de la dynamique. Et là, et c’est la raison qui me fait penser que vous n’êtes pas allé au terme de mon livre, je démontre que déjà les relations de la dynamique ne sont pas toutes correctes. Si nous avons les outils pour calculer la variation d’un mouvement rectiligne, ils deviennent faux dès que l’on passe dans un mouvement en 2 dimensions sur un plan horizontal, et encore plus pour les déplacements dans les 3 dimensions. Ils sont faux, car s’ils sont capables de déterminer la grandeur qui modifie le vecteur vitesse, ils sont incapables de faire la ségrégation entre la grandeur qui agit sur la vitesse et celle qui agit sur la direction.
      Tous les mouvements compliqués dans les 3 dimensions de l’espace, comme pour un manège de type grand-huit, se font en décomposant en mouvements simples et le résultat ne sera correct qu’après contrôle et l’expérience acquise pour déterminer certains coefficients. Donc, la méthode théorique qui existe n’est pas applicable parce qu’elle est fausse.
      Or, pour la physique nucléaire, ils appliquent ces méthodes de calcul sans aucun moyen de contrôle, d’où des théories incompréhensibles, car plus personne ne comprend quoi que ce soit. Pire que l’utilisation de mauvaises relations, de mauvaises méthodes de calcul, ils ont intégré le temps comme 4ème dimension, et là c’était le début d’une dérive intellectuelle sans nom.

      Notre monde a fait de très grands progrès technologiques, mais AUCUN d’eux n’est issu de la théorie, contrairement à ce que prétendent certains, ils viennent TOUS de l’expérimentation, de l’observation de phénomènes et de la capacité à les reproduire.
      La modification de l’horloge des satellites des GPS, par exemple, n’est pas liée à la théorie de la relativité mais à l’altitude et ils sont rares les scientifiques à parler de la sorte, laissant croire que la relativité est ainsi vérifiée, et c’est faux.
      L’historique des découvertes témoigne de cet état de fait, mais il est consciemment éludé pour que les scientifiques s’approprient ces découvertes à partir de la théorie.
      Dans le deuxième volume, j’expliquerai pourquoi certaines observations permettent de valider la relativité d’Einstein, alors qu’elles n’en sont pas les preuves…

      Je ne veux pas démonter la physique à papa sans rien proposer pour la remplacer. Le MAES explique enfin bon nombre d’observations. Elles sont déjà nombreuses les explications qui apparaissent dans ce premier volume.
      La mise en commun des électrons en est une, parmi les autres, et elle a des implications dans tous les domaines des sciences. Les formes géométriques des molécules deviennent une logique évidente, et ce, sans transformer l’électron en onde ou corpuscule quand bon nous chante, il ne devient pas non plus, un nuage de probabilité de présence, témoin d’une science qui ne sait plus expliquer ce qu’elle tente de comprendre.

      Je déplore également le comportement des scientifiques qui critiquent et qui refusent obstinément de lire mes arguments. J’ai offert de nombreux exemplaires à des scientifiques qui me critiquaient, et maintenant c’est le calme le plus complet de leur part. Ils ne répondent plus à mes mails et ne respectent pas leurs engagements de départ, qui étaient de le lire et d’en faire une critique objective.
      La communauté scientifique, et plus particulièrement la physique nucléaire, sait que ses théories sont douteuses, que les expériences du CERN n’apportent rien de tangible, mais ceci occupe beaucoup de « chercheurs » qui regardent dans une seule et unique direction, direction dans laquelle il n’y a rien à voir.
      Ils ont peur d’une nouvelle réalité qui leur ferait perdre ce statut de seigneur de la science. Oui, les physiciens sont les seigneurs de la science parce que personne ne les comprend. Eux non plus ne comprennent plus ce qu’ils cherchent à découvrir…

      Merci pour votre encouragement, et faites l’effort de découvrir d’avantage mes théories pour voir leur pertinence.

      Cordialement,
      Roger

  6. DD dit :

    Bonjour,

    Tout d’abord, je tenais à vous féliciter pour votre démarche.
    J’ai commencé la lecture de votre livre qui est, ma foi, fort intéressant et qui donne sinon un nouveau regard sur la science au moins de nouvelles pistes, une remise en question.(je précise que je n’ai pas de formation scientifique mais suis curieux)

    Sans prendre les théories (les vôtres et les autres) pour argent comptant (bien que j’aimerais que votre MAES se vérifie et soit le reflet de la réalité).
    L’image des scientifiques qui s’émerveillent devant les explosions du grand collisionneur de hadrons qui ne seraient que de jolis feux d’artifice, me fait bien rigoler tout en me peinant qu’autant d’argent soit gaspillé.

    J’espère que l’avenir nous dira si les scientifiques qui ont lu votre livre se sont tus parce que vous avez raison (faut les comprendre aussi c’est leur job qu’ils risquent de perdre :D ) ou parce qu’ils en ont marre de répondre :)

    « Il y a une différence entre connaître le chemin, et arpenter le chemin » comme dirait Morphéus dans Matrix ^^

    Allez, ne perdez pas courage, bonne continuation.

    • Roger Robert dit :

      Bonjour DD,

      Avoir un esprit scientifique c’est aimer comprendre les phénomènes observables et surtout les explications formulées par ceux qui s’annoncent maitriser la discipline. Être scientifique, c’est donc être curieux et savoir faire la part des choses entre des affirmations incompréhensibles et des explications simples et sensées. De ce fait, vous n’avez peut-être pas une formation scientifique, mais vous avez l’esprit scientifique.

      Tous les scientifiques qui ont lu mon livre et y découvrent des raisonnements sensés, ne se considèrent pas suffisamment scientifiques pour pouvoir s’exprimer sur l’ensemble de mon travail. Leur spécialisation fait qu’ils ne peuvent pas se prononcer sur le MAES, parce que le physicien est, aux yeux d’une grande majorité, celui qui représente le top du scientifique.
      Les quelques physiciens, qui ont lu entièrement mon livre et qui ont découvert dans le MAES une vision de l’atome qui mérite d’être confronté avec une plus grande objectivité, me l’ont dit en privé et ne le feront pas ouvertement pour ne pas nuire à leurs confrères et à eux-même. Deux de ces physiciens ont même reconnu que la suite du livre semblait tenir la route, mais que ces développements n’étaient qu’un lointain souvenir de leur formation pour qu’ils soient en mesure de porter un jugement honnête.

      Face à de tels témoignages discrets, je reçois, à la vue de tous, les critiques de personnes, qui refusent de lire correctement, et qui s’estiment être de véritables scientifiques.
      Bien que ces commentaires fassent mal, encore aucun n’a démontré la moindre erreur dans mon raisonnement. Alors ce ne sont pas ces allégations infondées qui m’arrêteront.
      Je me pose simplement la question : Le monde scientifique existe-t-il ?
      Et si oui, où sont ses représentants ? Parce qu’aux académies des sciences de Paris et de Bruxelles, encore aucun, des centaines de représentants contactés, n’a daigné répondre à ma question pour former un comité de lecture !
      Le chemin est long, et grâce à des témoignages comme le vôtre, les scientifiques ne pourront plus occulter, ou passer sous silence indéfiniment, les idées qui les dérangent. Sans compter que les journalistes scientifiques oseront enfin faire un travail de journaliste et non pas de reporter bêtement des allégations obligatoirement justes parce qu’émanent de tel scientifique de telle université ou de tel laboratoire…

      Je vous remercie de vos encouragements.
      Cordialement

      PS : Prochainement (d’ici une semaine), une vidéo expliquant la différence entre la masse et le poids, sera disponible et il ne faudra pas être scientifique pour comprendre l’erreur engendrée par le kilogramme. Alors les « scientifiques » auront des difficultés supplémentaires pour prétendre que je raconte des bêtises…

Laisser un commentaire

 

simao25 |
ECO---Blog |
La révolution de Marie Curie. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | expertpuproductionline
| Les combinaisons de natation
| BEAUCOUP de voies...un seul...