• Accueil
  • > Dans le livre
  • > Qu’est-ce que la fossilisation ? ou : La fossilisation enfin expliquée !

Qu’est-ce que la fossilisation ? ou : La fossilisation enfin expliquée !

Posté par Roger Robert le 29 décembre 2010

Cet article va permettre de constater la pertinence des « Sciences revisitées » au niveau du nouveau Modèle de l’Atome à Electrons Statiques (MAES) qui en est l’une de ses bases.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore les principales caractéristiques de ce modèle, je les résume ainsi :

  • Les électrons sont statiques autour du noyau de l’atome.
  • Le noyau exerce une force d’attirance sur chaque électron au moyen d’un Faisceau magnétique qui se conjugue avec celui de l’électron. Les Faisceaux magnétiques se conjuguent lorsque les pôles opposés entrent en contact.
  • Les électrons évitent ce rapprochement vers le noyau en exerçant une force répulsive entre eux par l’intermédiaire de leur Faisceau thermique. Le tournoiement de l’électron, autour d’un axe passant par son Faisceau magnétique, engendre un volume qui interdit le rapprochement des électrons. Volume de protection que j’ai nommé la bulle électronique. Au sein d’un atome toutes les bulles électroniques sont semblables et se maintiennent à distance comme le font les ballons de baudruche attachés en un point avec des longueurs de ficelle identiques.
  • Les électrons véhiculent des Rayons électriques et lumineux de proche en proche. En raison du tournoiement de l’électron de petites quantités de ces énergies sont transmises à la fréquence de ce tournoiement. De ce fait, ces énergies ne sont ni des corpuscules ni des ondes mais peuvent porter à confusion.

Contrairement au modèle actuel qui voudrait que l’électron, outre sa mobilité, soit doté d’une charge électrique en opposition à celle du proton, ce modèle MAES se démarque, car le potentiel électrique n’a plus besoin d’une égalité des particules pour être électriquement neutre. Par conséquent, une molécule est obtenue par la mise en commun d’un ou plusieurs électrons. C’est-à-dire qu’il y a eu substitution d’un ou des électrons d’un atome par celui ou ceux de l’autre. Ceci explique les formes particulières, répétitives et stables de toutes les molécules.

Le nombre de protons et le nombre d’électrons formant cette molécule ne sont plus identiques, mais ce n’est pas pour autant que cette molécule est électriquement chargée. Son potentiel électrique peut être modifié en fonction des conditions ambiantes et du flux électrique qui la traverse. De ce fait, les définitions des ions (anion et cation) s’en trouvent grandement chamboulées car les électrons restent en nombre identique quel que soit l’état électrique de l’atome ou de la molécule.

Cette dernière remarque signifie que le plasma (noyaux sans électrons) n’est pas un état de la matière. Il est tout simplement impossible de se débarrasser des électrons, car même dans le « vide », ils sont présents et forment ce supra-fluide qu’est l’éther. Fluide qui véhicule la lumière et l’électricité comme certaines expériences l’ont démontré, qui assure la formation d’un champ magnétique et qui conserve une certaine quantité énergétique mesurable par sa température.

Complétons légèrement la vision de ce modèle MAES en regardant les états de la matière.

  • A l’état gazeux, la portée des Faisceaux magnétiques des électrons ne dépasse pas la bulle électronique. De ce fait, il n’apparait aucune interaction entre les atomes ou les molécules de ce gaz. Par contre, toutes ces molécules restent jointives au niveau de leurs bulles électroniques tout en conservant une grande mobilité les unes envers les autres. Ceci est en contradiction avec les conclusions du mouvement brownien que j’ai traité dans un autre article.
  • A l’état liquide, la portée des Faisceaux magnétiques des électrons dépasse la bulle électronique. De ce fait, les atomes ou les molécules interagissent ensemble sans pour autant proposer un arrangement structuré qui empêcherait leur mobilité. Au sein d’un fluide, ses composants roulent les uns contre les autres.
  • A l’état solide, nous trouvons une nuance supplémentaire. En effet, un arrangement structuré, c’est-à-dire une organisation dans laquelle tous les atomes contigus proposent des Faisceaux magnétiques qui se conjuguent à d’autres, est un état solide sans mise en commun d’électrons. La matière est rigide. La mise en commun d’un ou plusieurs électrons est de nouveau un état solide que je qualifie d’état cristallin.

Je résume les différents états de la matière par le tableau suivant :

Qu'est-ce que la fossilisation ? ou : La fossilisation enfin expliquée ! dans Dans le livre etatsdelamatire

Ce tableau, sorti du livre, montre la difficulté que nous rencontrons déjà, avec le verre par exemple, à savoir si nous sommes en présence d’un fluide infiniment visqueux ou d’un solide.

Ces rappels étant effectués, revenons au sujet de cet article, la fossilisation.

Actuellement, les commentaires, que nous rencontrons pour tenter d’expliquer la transformation en pierre des os de dinosaures ou de certaines forêts, parlent d’un ruissellement d’eau fortement minéralisée dans la cavité laissée par la décomposition des tissus organiques.

Ceci est faux, car la fossilisation est le passage à l’état cristallin des différents tissus par électronisation, c’est-à-dire par la mise en commun d’un ou plusieurs électrons des molécules contigües.

Les pièces à conviction de ce que j’avance ici, sont nombreuses. En effet, tous les minéraux sont des assemblages, similaires à des molécules, dans lesquelles un ou plusieurs éléments de base en défini sa nature et les atomes d’oxygène et d’hydrogène des liants additionnels. Lors de la fossilisation, l’électronisation fige en l’état tous les tissus organiques, solides et/ou malléables, en différentes nuances de roches qui révèlent tous les détails qui figuraient à l’époque du vivant. Nous trouvons ainsi, non pas uniquement des os fossilisés mais également, dans certains cas, tous les organes de l’animal. Dans le cas des forêts pétrifiées, il est encore possible de compter les cernes de croissance des arbres.

Si le monde scientifique, et plus particulièrement les géologues, les paléontologues, les chimistes et les physiciens, ne trouve pas, avec ces quelques explications, qu’il est grand temps de revisiter notre savoir, alors je me demande s’il existe encore des scientifiques !

Roger Robert (Les Sciences revisitées)

 

scoopeo_url=’http://rogerrobert.unblog.fr/2010/12/29/quest-ce-que-la-fossilisation-ou-la-fossilisation-enfin-expliquee/’

23 Réponses à “Qu’est-ce que la fossilisation ? ou : La fossilisation enfin expliquée !”

1 2 3
  1. c.isme le casse noix dit :

    « Pour les erreurs de datation, j’abonde dans ce sens et pousse même le bouchon plus loin.
    Notre planète n’est pas âgée de 4 milliards d’années, à peine le quart. »

    Hans Joachim Zillmer estime lui aussi que c’est possible, en fait vu tous les problèmes de datation il se peux aussi que la terre soit encore plus jeune qu’1 milliard d’années enfin c’est Zillmer qui le dit.
    D’ailleurs je n’est pas mis son site;
    http://www.zillmer.com/f_index2.htm
    Sa BIOGRAPHY (dans son site) sera déjà une bonne mise en bouche. Je sais qu’il y a déjà eu plusieurs émission en Allemagne sur lui. (mais j’en est pas trouvé en STFR dommage vu son travail et les fossiles qu’il y présente ou comme le fameux marteau en fer pur.)
    En France on ne fait que récupérer les émission de la BBC ou autres mais on ne traduit rien qui vient d’autres pays bref aucune prise de risque pour des émissions ou reportage originaux.
    Avec ARTE en France on aurait pu espéré mais non. Bref la télévision est une boite vide de créativité et d’originalité pas mieux qu’une boite à chaussure. Avec le numérique on aurait pu avoir en France des chaines intéressantes mais les vendeurs d’arme et le CSA garde la main sur la boite magique.

    J’ai lu votre texte sur Fukushima vous avez eu la même approche que les Russes ( qui l’avaient proposé au Japonnais sans succès)
    Je pense que ça devrait vous intéressez
    http://www.zalea.org/spip.php?article1216

    La France est mal barrée mais après l’Allemagne c’est l’Italie qui tombe je suis convaincu que le dernier pays à renoncer au nucléaire sera la France. Ce n’est pas non plus une bonne nouvelle pour la Suisse ni pour personne. J’imagine que je parle des fossiles d’AREVA et du ministère bref des fossiles vivants. Encore une nouvelle catégorie archéologique. Quel dégout…..

  2. c.isme le casse noix dit :

    « Hans Joachim Zillmer estime lui aussi que c’est possible, en fait vu tous les problèmes de datation il se peux aussi que la terre soit encore plus jeune qu’1 milliard d’années enfin c’est Zillmer qui le dit. »

    petite précision;
    Il fait aussi une différence entre le manteau et la terre elle même puisque que ces travaux théoriques sont des hypothèses dans le sens d’un catastrophisme et donc pour le coup un cataclysme peut « rajeunir  » notre croute terrestre. C’est compliqué d’ailleurs ça fait un moment que j’ai lu ce bouquin.

  3. Roger Robert dit :

    @ C.isme Le Casse Noix,
    Je vous remercie de l’intérêt que vous témoignez envers mes écrits. Vous serez bientôt en mesure de les lire, confortablement installé, car votre exemplaire est entre les mains du facteur.
    Vos liens sont très intéressants.

    Je n’ai jamais été porté vers ces groupements qui critiquent sans cesse tout et n’importe quoi. J’étais convaincu qu’ils exagéraient. Aujourd’hui, force et de constater que je vis exactement ce que ces groupements critiquent.
    On nous impose une vision unique. On nous impose une information stérilisée et on nous fait croire que notre monde est merveilleux, empreint de libéralisme car l’être humain ne peut vivre qu’avec le capitalisme. Capitalisme comme son nom le signifie « L’argent se reproduit de lui-même ». Or, chacun sait que ceci n’est pas possible, que seuls les riches s’enrichissent davantage et les autres paient.
    Mais là, je m’égare, l’économie appartient au monde des sciences humaines, domaine que je me suis interdit de revisiter car c’est impossible, le pouvoir appartient à ceux qui ont le pognon.

    Je me tourne donc vers ces gens qui veulent faire changer les choses. J’ai pour cela, et entre autre, contacté un physicien retraité qui critique sévèrement ses confrères et qui s’oppose farouchement à la pensée unique. Mais, s’il est de bon ton de s’opposer aux théories sur le changement climatique ou encore la méthode scientifique, il ne faut toutefois pas aller trop loin. Il est inacceptable de mettre en doute la physique quantique.
    Comment un illustre inconnu, peut-il dans son coin développer de nouvelles théories qui contredisent la parole de milliers (millions) d’éminents savants de Marseille et d’ailleurs ?
    Suite à ma demande pour qu’il porte son jugement sur mes théories, il me rétorque :
    « Il existe certainement des failles mais elles sont très très loin d’être aussi évidentes pour qu’elles aient échappé à la sagacité de myriades de professionnels. la majorité d’entre eux seraient ravis de remettre en question les notions considérées comme acquises.
    …c’est presque impossible compte tenu de l’accumulation énorme des données, vérifications etc successives et cohérentes qui confortent ces notions.
    »
    Sachant que la physique moderne doit appliquer la décohérence quantique pour subsister, je ne vois pas où est cette soi disant cohérence ?

    La pensée unique ne s’applique pas à cette science incompréhensible et réservée à une élite, qui n’y comprends rien mais qui fait comme si. La pensée unique est critiquable mais penser autrement que ce que disent les physiciens est inacceptable. En conséquence de quoi, comme tout bon scientifique qui se respecte, il en conclu qu’il est inutile de lire votre livre.

    J’ai profité de ce commentaire, pour exprimer, une fois de plus, mon incompréhension de ces scientifiques qui jugent et condamnent des théories sans connaître le contenu du dossier. Heureusement, si j’ose être optimiste sur ce point, que la justice ne fonctionne pas comme ça !

    Concernant les théories de Zillner, dont je vais me procurer ses livres, j’ai l’impression de partager un grand nombre d’explications communes sur le passé de l’humanité, plus riche que ce que nous imaginons…
    Mais n’ayant pas encore lu ses écrits, je ne saurais me prononcer davantage.

    En dehors de ce blog, vous m’avez conseillé les théories de Léon-Raoul Hatem. Face à ses propos, je suis un peu plus circonspect. Je doute car je les confronte aux Sciences revisitées, dans lesquelles, j’explique tous les phénomènes sur la base de l’atome, y-compris le magnétisme. Tandis qu’il interprète certains comportements de notre monde avec le magnétisme qu’il n’explique pas ouvertement. De plus, il garde comme immuable, l’apparition de l’Univers semblable au Big-bang, alors que cette hypothèse est pour moi inacceptable et incompatible avec le modèle atomique MAES, dans lequel les particules élémentaires, que sont l’électron et le proton, sont des particules physiques réelles et éternelles.
    Je pense toutefois que sa démarche doit être analysée plus en profondeur, et c’est ce que je ferai plus tard en lisant ses livres, car certaines de ses vidéos démontrent une réflexion originale.

    « S’opposer au nucléaire, c’est bien ! Savoir pourquoi, c’est mieux ! »
    Voici le titre d’un article que je suis en train de préparer. Je démontrerai l’incompétence des physiciens qui tentent d’expliquer ce qu’ils font alors que ces explications n’ont ni queue ni tête, lorsqu’on les analyse objectivement. Savent-ils ce qu’ils font ? Non ! Et toutes leurs tergiversations en témoignent.
    Tout comme les hommes des cavernes savaient faire du feu, sans comprendre ni expliquer la théorie physique de ce phénomène, nous savons reproduire la désagrégation des noyaux atomiques (physique nucléaire) sans rien y comprendre!!!

1 2 3

Laisser un commentaire

 

simao25 |
ECO---Blog |
La révolution de Marie Curie. |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | expertpuproductionline
| Les combinaisons de natation
| BEAUCOUP de voies...un seul...